Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François de Rugy : "Macron ne dit rien sur l'écologie"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François de Rugy : "Je veux une écologie constructive"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Larry Clark, rencontre avec l’enfant terrible du cinéma américain

En savoir plus

FOCUS

Shenzhen, du "made in China" au "created in China"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Xi Jinping ouvre le Forum de Davos

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump défie l'Europe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Adama Barrow attend son investiture au Sénégal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 7h45.

Dernière modification : 28/05/2014

NSA : "Les réformes du gouvernement américain sont vides de sens"

© Crédit : FRANCE 24

On lui doit les révélations sur les programmes de surveillance de la NSA, à l'origine de l'affaire Snowden. Le journaliste américain Glenn Greenwald est actuellement en France à l'occasion de la sortie de son livre "Nulle part où se cacher", qui revient sur ce scandale. Rencontre.

Son nom est moins connu que celui Edouard Snowden. Pourtant, c'est lui, le journaliste américain Glenn Greenwald, qui est à l'origine des révélations fracassantes sur l'espionnage de la NSA (Agence nationale de la sécurité aux Etats-Unis), en 2013, dans "The Guardian". Ce scandale a provoqué un séisme diplomatique à l'échelle mondiale mais aussi un vif débat sur les pratiques intrusives des États à l'encontre de leurs citoyens.

À l'occasion de la sortie en France de son livre "Nulle part où se cacher", qui retrace cette affaire au jour le jour, Glenn Greenwald revient, pour FRANCE 24, sur les conséquences de cette affaire. Morceaux choisis.

FRANCE 24 : Vous avez récemment rencontré Edouard Snowden en Russie. Comment va-t-il ?

Glenn Greenwald : Il est serein et se porte bien. Il n'a aucun regret d'avoir révélé tous ces documents. Même si, aujourd'hui, il ne peut toujours pas retourner chez lui, aux États-Unis, car il risque la prison à vie. Il sait qu'il est en sécurité en Russie.

>> À lire également sur FRANCE 24 : Edward Snowden, parcours et confidences d'un espion <<

F24 : Aux États-Unis, certains disent que les services de renseignements russes se sont rapprochés de lui pour l'utiliser comme une source de renseignements. Qu'en pensez-vous ?

G. G. : Ce sont des affirmations complètement ridicules. À chaque fois que quelqu'un tente de faire des révélations sur les actions du gouvernement américain, il est accusé d'espionnage. C'était déjà le cas il y a 50 ans quand  Daniel Ellsberg a fourni au « New York Times » les Pentagon Papers, ces documents secrets du ministère de la Défense américain évoquant le procédé décisionnel du gouvernement durant la guerre du Vietnam. Cela lui avait valu d'être taxé d'espion. Mais il faut se méfier de ce genre d'attaques. Edouard Snowden n'a aucune relation avec le gouvernement russe, ni le gouvernement chinois, ni avec tout autre gouvernement.

F24 : Edouard Snowden a soustrait à la NSA deux millions de documents secrets. Vous en avez publié jusqu'ici une faible partie. Est-ce qu'il reste beaucoup de révélations à venir ?

G. G. : À l'époque, Edouard Snowden était venu nous voir en nous demandant d'être très prudent et de tout examiner afin de publier uniquement ce qui devait permettre au monde entier de prendre conscience de ce qui se passe. On a passé des semaines et des mois à mettre tous les documents en forme. On n'a pas publié ce qui pouvait mettre en danger la vie de certaines personnes. Nous avons été particulièrement vigilants sur ce point.

Bien sûr, il reste encore des choses à révéler mais nous devons encore en vérifier certaines avant de les communiquer.

F24 : Vous sentez-vous menacé ?

G. G. : J'encours bien sûr des risques mais j'essaie de faire attention et de continuer mon travail.

F24 : Est-ce que les pratiques de la NSA ont changé depuis ?

G. G. : D'importantes réformes vont être engagées mais je ne pense pas que ça va modifier les agissements du gouvernement américain. Washington va probablement amender des lois de vides de sens tout en prétendant qu'il s'agit de réformes. Ainsi, le président Obama pourra affirmer aux Américains et aux autres pays : "Nous avons entendu votre colère, nous avons rétabli un équilibre entre la vie privée et la sécurité". Mais en réalité, les mêmes pratiques vont continuer. Les activités d'espionnage sous Obama sont d'ailleurs bien plus répandues que sous l'ère de George W. Bush.

Par Douglas HERBERT

COMMENTAIRE(S)

Les archives

07/01/2017 Pollution

La pollution à Paris, "une crise de santé publique majeure"

Depuis quelques mois, à Paris mais aussi en régions, les pics de pollution se multiplient. Les pouvoirs publics multiplient les dispositions comme la circulation alternée ou la...

En savoir plus

16/12/2016 Sénégal

Macky Sall : "La médiation de la Cédéao permettra à M. Jammeh d’entendre raison"

Le président du Sénégal, Macky Sall, en visite d’État en France jusqu'au 21 décembre, a confié à France 24 sa vision de la crise électorale en Gambie, des relations entre...

En savoir plus

11/12/2016 Choléra

"Les aides véritables pour Haïti ne sont pas à la hauteur des annonces"

Dans un entretien exclusif accordé à France 24, le Premier ministre haïtien, Jean-Charles Enex, revient sur la situation sanitaire, économique et politique de son pays, alors que...

En savoir plus

12/12/2016 Réfugiés

"Un million de réfugiés à accueillir en Europe, ce n’est pas la fin du monde!"

Notre invité Dimitris Christopoulos, président de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme (FIDH), revient notamment sur la guerre en Syrie et sur la crise des réfugiés...

En savoir plus

10/12/2016 Amériques

Pour le chef des Farc, l'accord en Colombie "jette les bases d'une paix durable"

Lors d'un entretien exclusif accordé à France 24, le chef des Farc, Rodrigo Londoño, a estimé que l'accord signé en Colombie jetait "les bases d'une paix durable et solide" dans...

En savoir plus