Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Rendez-vous à Bruxelles pour un débat entre eurodéputés et acteurs de la société civile, suivi d’un entretien avec une personnalité européenne de premier plan. Le samedi, à 12h10.

Dernière modification : 20/09/2017

Carles Puigdemont : "La porte est ouverte pour dialoguer avec Madrid"

© Capture d'écran France 24

À dix jours du référendum sur l'autodétermination de la Catalogne jugé illégal par le Conseil constitutionnel, le président du Parlement régional Carles Puigdemont a accordé un entretien à France 24. Il revient notamment sur la crise politique avec le gouvernement de Rajoy et sur les conséquences d'une éventuelle indépendance vis-à-vis de l'Union européenne.

La Catalogne est en ébullition à dix jours du référendum sur l'indépendance de la région, interdit par le gouvernement madrilène. "Nous avons été élus aux élections régionales en 2015 pour organiser ce scrutin", a déclaré Carles Puigdemont, le président de la région interviewé par France 24 mercredi 20 septembre.

L'indépendance de la Catalogne est "une question politique qui ne doit pas être réglée par la justice, la police ou les médias mais par le chef du gouvernement, a-t-il ajouté. Pourquoi Rajoy a-t-il toujours refusé de s’asseoir pour parler de ce sujet ?"

L'arrestation de hauts fonctionnaires catalans, la saisie de 10 millions de bulletins de vote, qui ont provoqué ces dernières heures des manifestations des indépendantistes dans les rues de Barcelone, révèlent, selon Carles Puigdemont, "l'incapacité du Premier ministre espagnol à résoudre à une crise politique sérieuse". "Nous sommes ouverts à entendre les propositions du gouvernement madrilène", a-t-il ajouté.

Par Caroline DE CAMARET

COMMENTAIRE(S)

Les archives

18/06/2018 Caroline DE CAMARET

Nord-Sud : la place des femmes en question

Cette semaine, dans le cadre des Journées européennes du développement à Bruxelles, femmes africaines et européennes débattent de leur place dans leur société respective. En...

En savoir plus

18/06/2018 Caroline DE CAMARET

Josef Borrell : "Avec l'Aquarius, la réponse a été espagnole et non européenne"

Josef Borrell, nouveau ministre des Affaires étrangères espagnol, revient sur l'accueil de l'Aquarius par son pays. Avec ce coup d’éclat, l’Espagne veut obliger les autres pays...

En savoir plus

11/06/2018 Caroline DE CAMARET

Antonio Tajani : "Réduire l’immigration ne veut pas dire être violent contre les immigrés"

Le président du Parlement européen, l'Italien Antonio Tajani, qui est issu du parti Forza Italia, revient notamment sur l’épineuse question migratoire dans son pays. Il se...

En savoir plus

07/06/2018 Afrique

Youssou N’Dour : "Je joue à Caen car il faut se souvenir du Débarquement"

Le chanteur sénégalais Youssou N’Dour est notre invité, à l’occasion des Journées européennes du développement et du grand concert qu’il va donner vendredi 8 juin sur la plage du...

En savoir plus

04/06/2018 Caroline DE CAMARET

Italie : une coalition populiste, pour quelle politique?

Cette semaine les projeteurs européens étaient braqués sur la péninsule italienne, où se jouait une Comedia del arte inédite... Les deux partis populistes, la Ligue et le M5S,...

En savoir plus