Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Rendez-vous à Bruxelles pour un débat entre eurodéputés et acteurs de la société civile, suivi d’un entretien avec une personnalité européenne de premier plan. Le samedi, à 13h10.

Dernière modification : 20/09/2017

Carles Puigdemont : "La porte est ouverte pour dialoguer avec Madrid"

© Capture d'écran France 24

À dix jours du référendum sur l'autodétermination de la Catalogne jugé illégal par le Conseil constitutionnel, le président du Parlement régional Carles Puigdemont a accordé un entretien à France 24. Il revient notamment sur la crise politique avec le gouvernement de Rajoy et sur les conséquences d'une éventuelle indépendance vis-à-vis de l'Union européenne.

La Catalogne est en ébullition à dix jours du référendum sur l'indépendance de la région, interdit par le gouvernement madrilène. "Nous avons été élus aux élections régionales en 2015 pour organiser ce scrutin", a déclaré Carles Puigdemont, le président de la région interviewé par France 24 mercredi 20 septembre.

L'indépendance de la Catalogne est "une question politique qui ne doit pas être réglée par la justice, la police ou les médias mais par le chef du gouvernement, a-t-il ajouté. Pourquoi Rajoy a-t-il toujours refusé de s’asseoir pour parler de ce sujet ?"

L'arrestation de hauts fonctionnaires catalans, la saisie de 10 millions de bulletins de vote, qui ont provoqué ces dernières heures des manifestations des indépendantistes dans les rues de Barcelone, révèlent, selon Carles Puigdemont, "l'incapacité du Premier ministre espagnol à résoudre à une crise politique sérieuse". "Nous sommes ouverts à entendre les propositions du gouvernement madrilène", a-t-il ajouté.

Par Caroline DE CAMARET

COMMENTAIRE(S)

Les archives

14/10/2017 Union européenne

"Il faut impulser du dialogue pour régler le problème catalan"

Karl-Heinz Lambertz, président du Comité européen des régions, revient sur la crise de la Catalogne. Selon lui, le problème ne concerne pas seulement l'Espagne, mais l'Europe...

En savoir plus

14/10/2017 Brexit

UE - Brexit : une négociation difficile ?

Plus d’un an après le référendum sur le Brexit, les négociations entre Londres et Bruxelles patinent. Dans son discours de Florence, Theresa May a affirmé souhaiter une période...

En savoir plus

12/08/2017 Europe

Catalogne : le ministre des Affaires étrangères espagnol exclut une médiation internationale

Alors que le conflit entre Madrid et le gouvernement régional catalan demeure dans l'impasse, le ministre des Affaires étrangères espagnol, Alfonso Dastis, a déclaré à France 24...

En savoir plus

12/08/2017 Europe

Le numérique en Europe : vers une taxe sur les Gafa ?

Combien de temps Google, Apple, Facebook et Amazon pourront-il encore profiter du faible impôt sur les sociétés en Irlande, aux Pays-Bas ou encore au Luxembourg ? Défendue par le...

En savoir plus

23/09/2017 EUROPE

Antonio Tajani : "Le référendum catalan est illégal"

Le président du Parlement européen réagit sur le plateau de France 24 au référendum sur l'indépendance en Catalogne, organisé le 1er octobre par le gouvernement régional sans...

En savoir plus