Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 21h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 23/02/2018

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

© Capture d'écran France 24

Les élèves rescapés de la fusillade du lycée de Parkland, en Floride, ont lancé un mouvement pour tenter de faire évoluer les lois sur la possession d'armes à feu aux États-Unis. Là où plusieurs générations ont échoué, ces adolescents rejoints par d'autres à travers tout le pays pourraient être à l'origine d'un réveil national. France 24 a rencontré des leaders de ce mouvement.

Le 14 février dernier, Nikolas Cruz, 19 ans, s’est rendu dans son ancien lycée de Parkland, en Floride, avec un fusil semi-automatique acquis légalement. Il a ouvert le feu et abattu 17 de ses camarades. Les rescapés de cette fusillade ont lancé le mouvement "Never again" ("Plus jamais ça") pour faire évoluer la législation sur les armes à feu, se prenant à espérer que Parkland soit la dernière tuerie de masse commise dans un établissement scolaire.

De Columbine (12 élèves tués en 1999) à Virginia Tech (33 morts en 2007) en passant par Sandy Hook (27 morts en 2012)... De nombreuses fusillades visant des élèves ou des étudiants ont tristement émaillé l’histoire récente des États-Unis. Ne serait-ce que depuis le depuis de l'année 2018, 18 cas de coups de feu tirés en milieu scolaire aux États-Unis ont été recensés. Et pourtant, jusqu’à présent, aucune fusillade de masse n’a permis de faire bouger les lignes encadrant la possession et le port d'armes à feu. Même les larmes de Barack Obama, après la tuerie de Sandy Hook, n’avaient pas ému les législateurs.

Réussir là où la génération précédente a échoué

La Floride compte plus de 2 millions de détenteurs de permis de port d'arme à feu. Cela représente environ un habitant sur dix, soit le ratio le plus élevé dans le pays. Pour acheter une arme, il suffit de pouvoir se prévaloir d'un casier judiciaire vierge. À cette législation, la plus souple des États-Unis, s'ajoute le 2e amendement de la Constitution, qui énonce : "Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d'un État libre, il ne pourra être porté atteinte au droit du peuple de détenir et de porter des armes". Pour les conservateurs et le puissant lobby de la National rifle association (NRA), ce texte suffit à garantir le droit de posséder une arme pour l'autodéfense.

>> À lire aussi : Dana Loesch, l'arme secrète de la NRA contre les critiques

Le changement pourrait bien venir des lycéens de Parkland. Traumatisés mais combatifs, ils se sont jurés de réussir là où leurs parents ont échoué, à l'instar de Tyra Hermans, l’une des élèves du lycée Marjory Stoneman Douglas. En mémoire de son ami Joaquin, tué dans la fusillade, elle consacre désormais tout son temps au mouvement #NeverAgain en participant à des marches et des manifestations jusque devant le Capitole, à Washington.

À l’image du hashtag #MeToo, le mouvement #NeverAgain prend aujourd’hui une ampleur nationale. Il a recueilli des millions de messages de soutien sur les réseaux sociaux. Au point de bousculer les mentalités : même le président Donald Trump, fervent défenseur du port d’arme, semble prêt à quelques concessions. Une marche pour une nouvelle législation se déroulera à Washington, le 24 mars prochain.

Par Sophie PRZYCHODNY , Flora DESPONTS , Manon HEURTEL , François CARDONA

COMMENTAIRE(S)

Les archives

03/08/2018 Afrique

Le Super Mama Djombo, bande-son de la Guinée-Bissau

La Guinée-Bissau, petit pays d'Afrique de l'Ouest, est avant tout connue pour les multiples coups d'État qui ont rythmé son histoire. Mais au sortir de l'indépendance, en 1974,...

En savoir plus

27/07/2018 Afrique

Le Zimbabwe face à son héritage sanglant

Après 30 années de silence, le Zimbabwe fait désormais face à son passé sanglant, celui de la guerre civile qui a suivi l’indépendance. Les morts des années 80 refont surface et...

En savoir plus

29/06/2018 Amériques

Vidéo : à Masaya, bastion de l’insurrection au Nicaragua

Au Nicaragua, 212 personnes ont été tuées dans la vague de contestation inédite qui touche le pays depuis deux mois. Déclenchée le 18 avril par un projet de réforme de la...

En savoir plus

20/07/2018 Amériques

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

Inflation, pauvreté, pénuries... Maracaibo, deuxième ville du Venezuela, présente à elle seule tous les symptômes d'un pays malade. Sous Chavez, Caracas avait tout misé sur le...

En savoir plus

13/07/2018 Afrique

Centrafrique : à la rencontre des ex-rebelles putschistes

En Centrafrique, pays déchiré par la guerre, les ex-rebelles putschistes rêvent désormais d'indépendance. Les reporters de France 24 James André et Anthony Fouchard sont allés à...

En savoir plus