Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au moins 300 morts en Somalie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Nucléaire iranien : l’accord historique en péril ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"10 millions de dollars pour destituer Donald Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Baisse des APL, hausse de la CSG, suppression de l’ISF : Macron persiste et signe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le président parle dans le téléviseur"

En savoir plus

SPORT

La France s'impose 40 à 15 face aux Fidji

© Bertrand Langlois, AFP | Yoann Huget , Scott Spedding, Wesley Fofana et Teddy Thomas, auteur de trois essais.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/11/2014

La France s'est imposée 40 à 15 face aux Fidji samedi à Marseille, pour le premier de ses test-matches de novembre. L'ailier Teddy Thomas, dont c'était la première sélection, a inscrit trois essais.

Le XV de France a dominé son premier test-match de novembre face aux Fidji (40-15) samedi 8 novembre au stade Vélodrome de Marseille, sans que cette victoire acquise au terme d'un scénario décousu n'offre encore de sérieux gages pour l'avenir.

Mais après quatre défaites d'affilée, les hommes de Philippe Saint-André renouent avec la victoire et c'est déjà un immense pas.

C'est un peu de baume pour la confiance en souffrance des Bleus. Ils pourront ainsi capitaliser sur ces sourires esquissés au coup de sifflet final en vue des réceptions autrement plus ardues des Australiens puis des Argentins, lors des deux prochains samedis, au Stade de France.

Triplé de Teddy Thomas

Dans l'ensemble, ce XV de France new look, avec trois novices alignés dès le coup d'envoi et une charnière inédite Tillous-Borde/Lopez, a tenu debout. Mieux, il a laissé entrevoir quelques promesses, à l'image du triplé du jeune ailier Teddy Thomas, 21 ans, qui n'aurait pu espérer mieux pour sa première sélection.

Au final, sept joueurs français ont étrenné avec succès leurs galons d'internationaux sur la pelouse du Vélodrome.

En face, on n'a guère vu la magie sous les crampons des trois-quarts fidjiens, bien contenus par la défense française et de manière générale peu inspirés.

Pourtant, il y avait sans doute matière à mieux faire pour les hommes de John McKee qui s'étaient, un temps, rapprochés à 14-8 alors que les Français accomplissaient un début de seconde période catastrophique. Mais ils ne sont pas parvenus à semer davantage le doute dans l'esprit du XV de France et se sont peu à peu éteints dans une fin de partie qui a pris des allures de calvaire.

Si le score a soudainement gonflé sous une pluie d'essais dans la dernière demi-heure, les Bleus ont longtemps tâtonné.
 

Sursaut salvateur

L'essai dès la première minute de Thomas, sur un bijou de passe au pied par l'ouvreur Camille Lopez, ne fut qu'un trompe l'oeil.

Car bien que maîtres du terrain et du ballon - 74% d'occupation, 66% de possession à la pause - les Français ont aussi connu quelques errements, en touche notamment.

A l'issue d'une première période bien terne, les Bleus viraient en tête à 14 à 0, sans convaincre.

Il y eut ensuite la petite frayeur procurée par l'essai de l'ailier fidjien de Perpignan Watisoni Votu (46), précédé d'une pénalité de Nadolo (44).

Mais cela provoqua un sursaut salvateur chez les Français qui enclenchèrent enfin la marche avant. Thomas ajoutait deux essais, en bénéficiant au passage d'un très bon travail de l'arrière néophyte Scott Spedding.

Le pack était ensuite récompensé de ses efforts sur un essai en force, après un groupé-pénétrant, du deuxième ligne Pascal Papé (66). Puis Wesley Fofana, là encore parfaitement servi au pied par Camille Lopez, plongeait à son tour dans l'en-but pour sceller de manière express la victoire.

Le baroud d'honneur de 80 m de Timoci Nagusa, qui atténuait ainsi la défaite des siens, rappelait aussi aux Français que si ce succès était mérité, il n'était pas non plus accompli.

Avec AFP.
 

 

Première publication : 08/11/2014

COMMENTAIRE(S)