Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Syrie: la Turquie sur tous les fronts

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au Niger, les enfants de plus en plus touchés par la malnutrition

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Tonino Benacquista, roi du romanesque

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Montebourg, Sarkozy : leurs propositions pour redresser l'économie française

En savoir plus

LE DÉBAT

Destruction des mausolées de Tombouctou : un procès historique devant la CPI

En savoir plus

LE DÉBAT

Destruction des mausolées de Tombouctou : un procès historique devant la CPI (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'État français a-t-il volontairement omis des détails dans un rapport sur Renault ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Renzi, Merkel et Hollande sont sur un bateau"

En savoir plus

Musique

Coucher de soleil sur Baalbeck.Des ruines qui ont résonné dimanche soir au rythme de l'électro de Jean Michel Jarre.3000 personnes sur les marches du temple de Bacchus, dieu du vin et de l'ivresse.Derrière ces montagnes, la Syrie.En 2015, le festival a repris, après 2 ans d'annulation puis de délocalisation à Beyrouth pour des raisons de sécurité...SOT - Nayla DE FREIGE, présidente du festival de BaalbeckDepuis 2- 3 ans c'est quand même un vrai défi, un vrai défi parce que… bon nous sommes à 40km des frontières syriennes, c'est vrai, mais il y a tout un contexte comme ça où les gens ont quelques craintes de bouger, et chaque année ce que nous avons obtenu c'est de plus en plus de spectateurs, parce qu'on a des accords avec l'armée libanaise, avec les forces de sécurité qui nous aident vraiment. C'est eux qui nous donnent le feu vert.Comme à chacune des 8 représentations données cet été, plusieurs centaines de militaires et forces de police sont mobilisés sur le site. Il y a un mois, 8 kamikazes se faisaient exploser dans un village chrétien au nord de Baalbeck.Pour les organisateurs et producteurs, chaque concert est une victoire...SOT - Richard PHARAON, producteurOn fait le concert, on a les dates, on commence la promotion, et puis il y a quelque chose qui arrive : une bombe, ou je sais pas moi, quoi que ce soit, même un truc en Syrie et tout, ils ont peur. Alors là on a des frais énormes, l'assurance ne couvre pas. Finalement il faut essayer de contacter les ambassadeurs pour dire oui s'il vous plait, essayez d'appeler l'artiste, ou la troupe, pour les convaincre de venir au Liban, et c'est pas facile.Principale tête d'affiche cette année, Jean-Michel Jarre et son équipe de 50 techniciens assurent un spectacle son et lumières qui a valeur de message, au delà des frontières du Liban...SOT - Jean-Michel JARRE, musicien et compositeurOn peut faire des concerts au Liban et on doit faire des concerts au Liban. Au Bataclan, c'est la musique qui a été assassinée aussi. Et la seule réponse à ça évidemment c'est de redoubler de dynamisme et de conviction pour pouvoir continuer à faire des festivals, à faire des concerts.19 000 personnes sont attendues à Baalbeck sur toute la durée du festival.

Liban : Baalbeck a célébré les 60 ans de son festival malgré la guerre voisine

Liban : Baalbeck a célébré les 60 ans de son festival malgré la guerre voisine

En savoir plus