Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

SPORT

Tour de France : Nairo Quintana, le prodige venu des Andes

© AFP

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 21/07/2013

Véritable révélation de ce 100e Tour de France, le jeune Colombien de 23 ans gravira, ce soir sur les Champs-Élysées, la deuxième marche du podium. Avec, sur les épaules, le maillot blanc du meilleur jeune et le maillot à pois du meilleur grimpeur.

À 23 ans, Nairo Quintana épate. Pour sa première participation au Tour de France, le coureur de l’équipe Movistar a été l’un des grands acteurs de cette édition 2013. Dynamiteur en chef lors des étapes de montagne, le Colombien a fait fort en s’adjugeant, lors de la 20e étape, la victoire au sommet du Semnoz, le maillot à pois de meilleur grimpeur et la deuxième place au classement général. Un final de rêve donc pour le meilleur jeune de cette 100e Grande Boucle.

Espérance de vie : trois ans

Né le 4 février 1990 à Cómbita (département de Boyacá) à plus de 2 500 mètres d’altitude, Nairo Alexander Quintana Rojas est un enfant de la montagne. Dès sa naissance, le petit Nairo semble condamné car il souffre d’une maladie rare, le "mal du défunt". Son espérance de vie ne dépasse pas les 3 ans. Ses parents décident alors de l’emmener voir une guérisseuse réputée de Boyacá. Après des semaines de cure, Quitana recouvre la santé. Il a tout juste 2 ans.

Pour se rendre à l’école, Quintana peut prendre un bus. Mais son père jugeant le billet trop cher préfère lui offrir un vélo. Tous les jours, le jeune Colombien parcourt alors les 18 kilomètres qui le séparent de son école. Il doit notamment franchir une bosse à 8 % de dénivelé. À cette époque, les courses de vélo ne l’intéressent pas, les études non plus.

Premier contrat pro à 19 ans

Quintana est un piètre élève. Il abandonne donc l’école pour s’engager dans la police. C’est là qu’il commence à courir en compétition. En 2009, alors qu’il n’a pas 20 ans, Quintana signe son premier contrat pro avec Boyaca Es Para Vivirla, l’équipe locale. Il devient champion de Colombie du contre-la-montre espoirs. Et s’engage avec la Colombia Es Pasion Team, une formation qui a pour but d’envoyer des coureurs en Europe. Le petit Colombien, 1 m 69 sous la toise, se fait tout de suite remarquer. En 2010, il remporte deux étapes et la première place du classement général du Tour de l'Avenir. Malgré les sollicitations, il décide de rester une année de plus en Colombie.

En 2012, Quintana rejoint Movistar

C’est en 2012 qu’il franchira le pas en s’engageant avec la formation espagnole Movistar. Les succès vont alors se succéder. Quintana s’adjuge le Tour de Murcie et la Route du Sud. Il empoche également une victoire d’étape sur le Dauphiné et participe cette année-là à son premier grand Tour, la Vuelta d’Espagne, qu’il termine à la 36e place.

Le poids plume (59 kg) est prometteur. Il commence la saison 2013 sur les chapeaux de roue en remportant la troisième étape du Tour de Catalogne et le Tour du Pays basque. De quoi lui garantir une place pour le 100e Tour de France. Loin d’être impressionné, Quintana se sent pousser des ailés dès que la route s’élève. Par trois fois, le Colombien va tenter une chevauchée fantastique. Tout d’abord le 6 juillet, quand il fausse compagnie au peloton dans le redoutable Col de Pailhères, puis le 14 juillet, quand il se lance dans un raid solitaire vers le sommet du Mont Ventoux. Seul Christopher Froome parviendra à le dépasser. Ce n’est que partie remise. Quintana attendra la dernière étape de montagne et l’arrivée au sommet du Semnoz le 20 juillet pour faire carton plein.

Préparation inédite

Pourtant rien ne laisser augurer de tels résultats, tant la préparation d’avant Tour de Quintana interpelle. Au lieu de participer au Dauphiné ou au Tour de Suisse comme la majorité des coureurs, le grimpeur colombien a décidé de se réfugier pendant deux mois dans ses montagnes de la cordillère des Andes. Entre Liège-Bastogne-Liège (21 avril) et le début du Tour (29 juin), Quintana n’a participé à aucune compétition. Une décision visiblement peu préjudiciable pour Nairo Quitana qui, à 23 ans, réalise le meilleur résultat d’un Colombien sur le Tour de France.

Après Rigoberto Uran, deuxième du Tour d’Italie cette année, les grimpeurs venus de Colombie, que l’on surnomme les "escarabajos" (scarabées), sont bien de retour. Ça promet…

 

Première publication : 21/07/2013

  • TOUR DE FRANCE

    Tour de France : Froome "souhaite développer le cyclisme en Afrique"

    En savoir plus

  • CYCLISME

    Tour de France : Nairo Quintana sacré au Semnoz

    En savoir plus

  • TOUR DE FRANCE

    "Le Kenyan blanc" Chris Froome veut inspirer des jeunes Africains

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)