Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Exclusif : Marzouki met en garde les Tunisiens contre la "tentation extrémiste"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Essebsi : "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean-Christophe Moreau, co-auteur de "Islamophobie : la contre-enquête"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Charlotte Gainsbourg : "Je n'aurais pas pu être autre chose qu’actrice"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Hollande à Florange : un retour sous tension

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

SPORT

Simon Gerrans et Orica-GreenEdge doublent la mise à Nice

© afp

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 02/07/2013

L'équipe Orica-GreenEdge s'est imposée à Nice à l'issue du contre-la-montre par équipe. Un deuxième succès pour la formation australienne sur ce Tour de France, qui permet à Simon Gerrans d'endosser le maillot jaune.

Soixante-quinze centièmes ! Sur la promenade des Anglais, l'équipe Orica-GreenEdge n'a devancé les champions du monde de la spécialité, la formation Omega Pharma-Quick Step, que de soixante-quinze centièmes. Un succès des "Aussies" lors de cette 4e étape qui permet au vainqueur de la veille, Simon Gerrans, d'endosser le maillot jaune de leader pour la première fois de sa carrière.

Bien épaulé par des coéquipiers spécialistes des épreuves contre-la-montre, comme Lancaster, ex-champion olympique de poursuite par équipe ou encore O’Grady et Meyer, anciens champions du monde de la discipline, Simon Gerrans et Orica poursuivent leur moisson sur ce 100e Tour. L'équipe a parcouru les 25 km du parcours "tout plat" à près de 58 km/h de moyenne, record historique sur le Tour ! L’image du bus de l’équipe australienne encastrée sous le portique d'arrivée à Bastia est désormais bien loin…

Pineau : "Un gros coup derrière la tête"

Simon Gerrans, vainqueur de la classique Milan-San Remo en 2012, qui réside justement à Nice, précède au classement général ses équipiers Daryl Impey et Michael Albasini. Le Polonais Michal Kwiatkowski et le Français Sylvain Chavanel (Omega Pharma-Quick Step) suivent à une petite seconde. Rageant pour la formation belge, qui misait énormément sur cette étape pour débloquer son compteur sur ce Tour. Il s’en est fallu de très peu, de quoi démoraliser l’autre Français de l’équipe, Jérôme Pineau. "C’était la chance de ma vie de gagner une étape du Tour", a-t-il confié après l’arrivée. "C’est plus qu’une déception. C’est un gros coup derrière la tête."

Beaucoup moins déçue, la très attendue équipe Sky du favori Christopher Froome termine finalement 3e à 3 secondes d’Orica. "Froomey" n’a pas réussi à creuser l’écart avec à son plus sérieux rival, l’Espagnol Alberto Contador. La formation Saxo-Tinkoff n'a en effet que six secondes de retard sur la Sky. "Je suis très fier et très content du travail de mon équipe", a indiqué à RFI le double vainqueur du Tour sitôt la ligne d’arrivée franchie. L’équipe danoise pourra toutefois regretter longtemps l’accrochage entre Benjamin Noval-Gonzalez et un spectateur. L’Espagnol, bon rouleur, s’est blessé à la main en percutant un appareil-photo.

Peu d’écarts parmi les prétendants

Ce premier "chrono" du Tour 2013 n’a pas permis de créer de gros écarts parmi les prétendants à la victoire finale. Onze formations se tiennent ainsi en moins de 30 secondes, notamment Lotto-Belisol, Movistar, BMC, Katusha ou encore RadioShack. La situation est plus compliquée en revanche dans le clan français, mais l’équipe FDJ.fr du leader Thibaut Pinot (15e à 42'') a limité la casse. Ce qui n’est pas le cas des hommes verts d’Europcar et de Pierre Rolland qui terminent 19es à 1'13'' d’Orica-GreenEdge.

L’équipe australienne peut désormais espérer conserver le maillot jaune jusqu’au pied des Pyrénées, soit jusqu’au samedi 6 juillet et la terrible ascension vers la station d’Ax 3 Domaines.

 

Première publication : 02/07/2013

  • TOUR DE FRANCE

    Pierre Ballester : "La crédibilité sportive du Tour de France est nulle"

    En savoir plus

  • TOUR DE FRANCE

    La Corse dit avvèdeci (au revoir) au Tour de France

    En savoir plus

  • TOUR DE FRANCE

    Simon Gerrans remporte la dernière étape du Tour en Corse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)