Accéder au contenu principal
Tech 24

Surveillance de masse : souriez, vous êtes fliqués !

TECH 24
TECH 24 © France24

En 2020, la surveillance de masse est partout. Reconnaissance faciale, assistants vocaux, réseaux sociaux : ces technologies signent-t-elles la fin de notre vie privée ? Est-il encore possible de se tenir à l'abri des regards ? Doit-on se méfier avant tout… de nous-mêmes ? Pour en discuter, nous recevons Olivier Tesquet, auteur de l'enquête "À la trace" (éd. Premier Parallèle). Il nous explique pourquoi nous ne devons pas nous résigner et rester vigilants quant à l'utilisation de ces technologies. 

Publicité

Si nos outils du quotidien peuvent jouer les espions, notre corps se transforme aussi en outil de surveillance avec la biométrie. Guillaume Grallet revient pour nous sur l’affaire Clearview. L'application conçue par une société new-yorkaise a littéralement aspiré 3 milliards de photos pour entraîner son système de reconnaissance faciale, avant de vendre ses services à près de 600 agences gouvernementales, notamment aux États-Unis. Révélé par le New York Times, l’information a déclenché une polémique en rafale : après Twitter ou Microsoft, c'est au tour des régulateurs et parlementaires de s’interroger sur l'éthique de cette reconnaissance faciale de masse. L'Europe devrait prochainement décréter un moratoire sur ces technologies.


Retour en France pour notre reportage, où des hackers se transforment en Avengers. Certains internautes traquent des agresseurs présumés puis dévoilent leurs informations sur les réseaux sociaux. Un geste illégal. Des justiciers qui sont aussi justiciables.


Enfin, notre séquence test vous en met plein les yeux! La startup hongkongaise Nreal a fait beaucoup parler d'elle au CES. Elle a mis au point des lunettes pour augmenter n'importe quelle application. En clair, ses verres connectés projettent de la réalité mixte. Démo à suivre. 
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.