Accéder au contenu principal
Info éco

Le Kenya tente d'éviter une crise de son agriculture

Des criquets ravagent des champs de culture du village de Larisoro, au Nord de la capitale, Nairobi.
Des criquets ravagent des champs de culture du village de Larisoro, au Nord de la capitale, Nairobi. © AFP

L'Afrique de l'Est connait depuis la mi-décembre la pire invasion de criquets depuis 65 ans. Une invasion qui risque de détruire des milliers de champs de culture, dans un région où 19 millions de personnes souffrent de malnutrition. Les conséquences économiques peuvent également être très importantes.

Publicité

Selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), les criquets peuvent parcourir 150 km par jour et dévorer 400 000 tonnes de nourriture, soit de quoi nourrir 35 000 personnes. Au Kenya, où les essaims sont arrivés il y a 2 mois, des milliers champs sont menacés : un risque pour l'économie de ce pays, qui dépend à 34 % de son agriculture. 

Une baisse des récoltes peut d'abord provoquer une hausses des prix des produits agricoles au niveau local, mais aussi surtout une chute des exportations, et donc de rentrées d'argent pour le pays. 

Une course contre la montre s'est engagée. Objectif : tout faire pour éviter une éclosion des œufs de criquet au moment du début des récoltes. 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.