Accéder au contenu principal
Info éco

Blocage pétrolier : la Libye perd des millions de dollars dans l'indifférence internationale

Le terminal pétrolier de Brega est à l'arrêt depuis le 18 janvier dernier, comme plusieurs autres au centre et dans l'est de la Libye.
Le terminal pétrolier de Brega est à l'arrêt depuis le 18 janvier dernier, comme plusieurs autres au centre et dans l'est de la Libye. © AFP

En Libye, la production du pétrole est quasiment à l'arrêt depuis un mois, après la décision du maréchal dissident Khalifa Haftar de bloquer les installations pétrolières. Cela représente un manque à gagner de près 1,7 milliard de dollars pour un pays qui tire l'essentiel de ses recettes du pétrole, et qui aujourd'hui risque la faillite. 

Publicité

À l'origine, le maréchal Haftar voulait utiliser l'arme pétrolière pour faire pression sur la communauté internationale. Mais ses plans ont été faussés par l'épidémie de Covid-19, qui a provoqué une chute de la consommation de pétrole en Chine. Aujourd'hui, l'absence de pétrole libyen semble arranger les autres pays exportateurs de pétrole, après le ralentissement de la demande en Chine. La chute des revenus pétroliers pour l'Etat libyen se déroule donc dans l'indifférence internationale. 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.