Affaire GameStop : le boursicoteur Keith Gill, alias “Roaring Kitty”, star des auditions

Keith Gill, alias "Roaring Kitty" sur YouTube, devra comparaître devant le Congrès pour expliquer son rôle dans l'affaire GameStop.
Keith Gill, alias "Roaring Kitty" sur YouTube, devra comparaître devant le Congrès pour expliquer son rôle dans l'affaire GameStop. © Capture d'écran YouTube

Cet analyste financier, connu sur Internet sous les pseudonymes “Roaring Kitty” et “DeepfuckingValue”, passe pour être le “cerveau” derrière la révolte des petits investisseurs. Il sera le témoin vedette de l’audition, jeudi, devant le Congrès américain au sujet de l’affaire GameStop qui a enflammé les marchés boursiers.

Publicité

Viendra-t-il en costume ou avec sa casquette de travers et accoutré de son T-shirt avec la tête de chat à lunettes qui ont fait la renommée de ce YouTubeur spécialiste des marchés boursiers baptisé "Roaring Litty" (“chat rugissant”) ? Keith Gill sera à la fois la star et l'intrus de la très attendue audition du Congrès américain, jeudi 18 février, pour comprendre les tenants et aboutissants de l’affaire GameStop

>> GameStop : quand des internautes boursicoteurs rabattent le caquet des spéculateurs

Le jeune homme de 34 ans sera aux côtés de célébrités du monde de la finance tels que Kenneth Griffin, le PDG de Citadel, l’un des plus prestigieux fonds d’investissement américain, ou Vlad Tenev, le fondateur de Robinhood, l’appli numéro 1 des boursicoteurs. Et ils ne le regarderont probablement pas avec beaucoup de sympathie. 

De “Roaring Kitty” à “DeepfuckingValue”

Car Keith Gill est considéré comme le “maître à penser” du mouvement des traders amateurs qui avaient acheté en masse, en janvier, des actions de l’enseigne de jeux vidéo GameStop. Cette frénésie boursière avait coûté à des pros de la finance qui spéculaient sur l’effondrement de cette action.

Que de chemin parcouru pour cet analyste financier depuis la désormais célèbre vidéo au sujet de GameStop, postée sur YouTube en juillet 2020. À l’époque, il n’était que “Roaring Kitty” (“chat rugissant”), un YouTubeur féru de Bourse qui voulait expliquer au monde pourquoi il achetait des actions du groupe de magasin de jeux vidéo par milliers. L’action ne coûtait alors que 5 dollars.

Il s’était réfugié dans le sous-sol de sa maison, non loin de Boston, afin de ne pas déranger sa fille d’à peine deux ans lors de sa sieste, et s’enflammait face caméra pour un titre qui n’intéressait personne. Est-ce ainsi que naissent les légendes ?

Près de deux ans plus tard, sa vidéo a été vue près d’un million de fois, la Security Exchange Commission (SEC, le gendarme de la Bourse) cherche à savoir s’il n’y a rien d’illégal, les élus du Congrès l’ont sommé de s’expliquer et des centaines de milliers d’anonymes du forum WallStreetBets sur Reddit le considèrent comme l’”OG” ou “Original Gansta”. C’est-à-dire le trader alpha de la meute de louveteaux de Wall Street qui ont mené l’assaut contre les fonds spéculatifs.

“Je n’avais rien prévu de tout ça”, a expliqué Keith Gill au Wall Street Journal, lors du premier entretien qu’il a accordé aux médias fin janvier. Il assure que son seul intérêt est de dénicher les petites actions qui lui paraissent sous-évaluées en Bourse et de parier sur leur hausse.

L’emballement de janvier 2021, qui s’est transformé en une sorte de lutte des classes entre un tiers-état des boursicoteurs et les grands princes de Wall Street, ne le concernerait que de très loin. Il n’y a pas d’idéologie dans sa démarche. “Il a toujours été attiré par l’argent”, souligne sa mère au Wall Street Journal.

Problème judiciaire à l’horizon ?

Sur Reddit, où Keith “Roaring Kitty” Gill se fait appeler “Deepfuckingvalue” (en référence à son penchant pour aller examiner en profondeur la valeur d’une action), il a multiplié les messages sur les courbes de ses gains grâce à GameStop.

Il avait commencé, en septembre 2019, par provocation. Pour montrer qu’il avait le cran d’investir là où personne ne le ferait, a-t-il expliqué dans l’une de ses vidéos. Très vite, un autre utilisateur de WallStreetBets l’a critiqué pour avoir misé “53 000 dollars sur une telle société”. Keith “Deepfuckingvalue” Gill a alors continué pour prouver qu’il avait raison.

Lorsque d’autres membres de cette communauté ont commencé à l'imiter, il en a conclu qu’il y avait peut-être un coup à jouer. Et quel coup ! “C’est à ce moment, vers fin 2020, que j’ai pris conscience qu’il y avait une chance que l’engouement suscité par GameStop et mes messages pouvait aboutir exactement à ce qui s’est réellement passé”, reconnaît-il au Wall Street Journal.

Il n’avait, en revanche, pas anticipé que la SEC et les autorités s’intéressent à son cas. Lorsqu’il a commencé à promouvoir sa stratégie d’investissement, sa mère lui “a demandé si c’était légal, et j’ai répondu que oui”, raconte-t-il au Wall Street Journal. Mais le gendarme de la Bourse cherche à déterminer si derrière tous les messages postés sur Reddit, il n’y aurait pas un effort coordonné pour manipuler le cours de l’action GameStop. Les autorités du Massachusetts, quant à elles, enquête sur une éventuelle infraction de Keith Gill à ses obligations envers son employeur de l’époque, la compagnie d’assurance MassMutual. Il n’était, en effet, pas censé se constituer un portefeuille en dehors de son travail, a confirmé la société aux enquêteurs, note le New York Times.

Le Keith Gill qui va se présenter devant le Congrès, jeudi,ressemble peu au “Roaring Kitty” exubérant des vidéos YouTube de 2019. Si sur Reddit, il est une “putain de légende”, comme l’affirme l’un des utilisateurs de WallStreetBets au New York Times, cette affaire est loin d’être terminée pour lui.

Tout cela valait-il le coup ? Aux dernières nouvelles, la ruée sur GameStop lui a rapporté trois millions de dollars, a pu confirmer le Wall Street Journal, fin janvier. Mais depuis lors, l’action de l’enseigne a fait un grand plongeon et peut-être qu’il ne lui reste plus grand-chose… sauf la perspective d’avoir des ennuis judiciaires.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine