Dans la presse

"Les Canaries débordées par les arrivées de migrants"

Arrivées massives de migrants sur l'archipel espagnol des Canaries
Arrivées massives de migrants sur l'archipel espagnol des Canaries © France 24

A la Une de la presse, ce mercredi 18 novembre, l’annonce de l’Autorité palestinienne, de la reprise de sa coordination avec Israël. L’arrivée depuis le début de l’année, et en particulier depuis le mois d’octobre, de milliers de migrants dans l’archipel espagnol des Canaries. La loi "confortant les principes républicains en France". Le responsable des réseaux sociaux du pape François, et les escargots.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

A la Une de la presse, l’annonce, hier, de l’Autorité palestinienne, de la reprise de sa coordination avec Israël. Cette annonce, intervenue la veille de l’arrivée du secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo dans l’Etat hébreu, fait la Une du Jerusalem Post, qui rappelle que les Palestiniens avaient interrompu leur coopération sécuritaire avec les Israéliens en mai dernier pour protester contre leur projet d’annexion d’une partie de la Cisjordanie - un projet finalement suspendu. D’après Haaretz, la décision palestinienne constitue «le premier miracle du mandat de Joe Biden» - dont la victoire à la présidentielle américaine est présentée comme une nouvelle page pour les relations entre Israël et l’Autorité palestinienne. Le quotidien israélien prédit déjà la fin du «retranchement» et du «refus de tout lien (des Palestiniens) avec Israël et les Etats-Unis». Haaretz, qui rapporte que le Premier ministre Benyamin Netanyahou a enfin appelé Joe Biden hier pour le féliciter de sa victoire – bien après la plupart des dirigeants étrangers.

En attendant son arrivée à la Maison-Blanche, le 20 janvier, la presse étrangère s’inquiète des agissements de Donald Trump sur la scène internationale. Au Royaume-Uni, The Guardian s’alarme de sa proposition de frapper un site nucléaire iranien - proposition à laquelle Donald Trump aurait finalement renoncé sous la pression de ses conseillers, selon The New York Times. Le quotidien britannique se dit préoccupé, également, des conséquences de la réduction de la présence militaire américaine en Afghanistan et en Irak, annoncée hier par le nouveau chef du Pentagone - la réduction du nombre de soldats en Afghanistan risquant de faire «dérailler» les négociations de paix entre le gouvernement et les Talibans, selon lui. En France, Libération évoque «la course au sabotage» dans laquelle se serait lancé Donald Trump, accusé de chercher à «savonner la planche» à Joe Biden, en particulier au Moyen-Orient, où «le grand œuvre trumpiste a consisté, pendant quatre ans, à une «pression maximale» sur l’Iran, et à offrir des cadeaux maximaux au gouvernement de Benyamin Netanyahou».

A la Une également ce matin, l’arrivée, depuis le début de l’année, de plus de 15 000 migrants dans l’archipel espagnol des Canaries. D’après El Periodico, l’archipel atlantique se retrouve «débordé» face à cette vague migratoire, inédite depuis 2006. Des arrivées massives, en particulier depuis le 15 octobre, qui provoquent un «effondrement des services et des tensions sur les îles», selon le journal catalan, qui précise que la route migratoire vers les Canaries, la plus dangereuse pour atteindre l’Europe, n'est pas seulement utilisée par les migrants subsahariens, mais aussi, désormais, par des Maghrébins, poussés au départ par la sécheresse et la pandémie. El Mundo s’indigne de ce que des centaines de migrants errent sur l’île de Grande Canarie, totalement livrés à eux-mêmes, sans être testés au Covid-19, au risque de contaminer une population locale, jusque-là relativement épargnée par la pandémie.

En France, les ministres de l’Intérieur et de la Justice présentent leur projet de loi «confortant les principes républicains» - un texte qui suscite beaucoup de débats en France, et pas seulement. Intitulé initialement «projet de loi contre le séparatisme islamiste», ce texte sera présenté le 9 décembre prochain, le jour anniversaire de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, loi fondatrice de la laïcité en France. Dans Le Figaro, Eric Dupont-Moretti et Gérald Darmanin annoncent que l’objectif de leur projet de loi a pour but de «lutter contre ceux qui veulent rompre avec la République», qu’il prévoit la création d’infractions contre la haine en ligne et un contrôle renforcé des associations et des mosquées par les préfets. Le Figaro salue un «effort qui provoquera de sains débats (en France)», mais «sera aussi instrumentalisé par ceux qui (lui) font, je cite, le procès permanent de ses intentions. Un attelage inédit qui (irait) du Pakistan à Amnesty International en passant par Erdogan et le New York Times», selon le journal, qui fait allusions aux nombreuses critiques étrangères, notamment américaines, sur le principe de la laïcité à la française, «qui vise à protéger l’Etat des religions».

A la rubrique religion, toujours, quoique dans un registre beaucoup plus cocasse, le Huffington Post fait état d’une boulette du «community manager», le responsable des réseaux sociaux, du compte Instagram du pape François, qui aurait «liké» par mégarde, ou en s’emmêlant les pinceaux, on ne sait, la photo assez olé olé d’une mannequin brésilienne. La jeune femme ne manque visiblement pas d’humour, puisqu’elle a réagi en annonçant son départ pour le Vatican : «Au moins, j’irai au paradis». Le community manager du pape François, peut-être en proie à la solitude, auquel on recommandera - c’est plus sûr et certainement plus discret - de se choisir plutôt un petit animal de compagnie - et pourquoi pas un escargot. Une tendance lancée, selon The Guardian, par une actrice américaine, Nadia Giosia, qui dit s’être sentie un peu seule à cause du confinement, et qui a du coup opté pour cette bestiole baveuse et jamais pressée. «Les mollusques sont de bons compagnons, dit-elle, et l’avantage avec eux, c’est que la communication est simple : quand ils ne sont pas contents, ils rentrent dans leur coquille». Ce à quoi j’ajouterai que si vous n’êtes pas contents, vous pouvez les manger. C’est si bon!

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse (du lundi au vendredi, à 7h20 et 9h20 heure de Paris). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.        

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine