"Au Maroc, l’historien et opposant Maâti Monjib retrouve espoir"

"Au Maroc, l’historien et opposant Maâti Monjib retrouve espoir"
"Au Maroc, l’historien et opposant Maâti Monjib retrouve espoir" © France24

Au sommaire de cette revue de presse du mercredi 24 mars. Un défenseur des droits de l'Homme marocain retrouve sa liberté, sous surveillance. À Hong Kong, des enfants séparés de leurs parents pour lutter contre le coronavirus. Et les footballeurs français déjà en mode championnat d'Europe.

Publicité

"L’historien et militant Maâti Monjib placé en liberté conditionnelle", écrit TelQuel, l'un des rares médias marocains à oser en parler. Condamné à une peine d’un an de prison pour “fraude” et “atteinte à la sûreté de l’État”, il était incarcéré depuis 3 mois et avait entamé une grève de la faim début mars. La Croix rappelle qu'il y a eu "une énorme mobilisation internationale pour sa libération" et "une plainte déposée en France pour détention arbitraire." 

A Hong Kong, rapporte Libération, les autorités emploient "les grands moyens pour éradiquer le Covid-19" en isolant "d’office en quarantaine tout suspect d’infection. Des mesures qui vont jusqu’à séparer les enfants de leurs parents". Retrouvez les témoignages poignants à lire dans les pages du quotidien français. En France, le Premier ministre détaille son "plan de bataille" contre le Covid-19 dans les colonnes du Parisien et apporte des précisions sur la célébrations des fêtes de Pâques. Pour le Corriere della Serra, c'est un drôle de printemps confiné qui débute.

Et puis, les Bleus qui débutent les qualifications pour la prochaine Coupe du monde de football face à l'Ukraine, mais pensent déjà à l'Euro en juin. "Le monde leur appartient", titre en Une le quotidien sportif L'quipe.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine