La France au Rwanda, rendez-vous avec l'histoire

Pour la première fois depuis 2010, un président français se rend au Rwanda
Pour la première fois depuis 2010, un président français se rend au Rwanda © France 24

Pour la première fois depuis 2010, un chef de l'État français se rend au Rwanda. Emmanuel Macron aura à cœur d'apaiser les relations entre les deux pays après la reconnaissance par la France de sa responsabilité dans le génocide.

Publicité

A la Une de la presse, ce jeudi 27 mai, la visite d'Emmanuel Macron au Rwanda. Les révélations choc de Dominic Cummings, ex-conseiller de Boris Johnson, sur la gestion de la pandémie. Une nouvelle présidente à la tête du Louvre. Et une séquence nostalgie pour finir.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook…

"Voulez vous tourner la page ?". C'est par cette simple question adressée à Emmanuel Macron que s'ouvre l'article en Une de The New Times (Kigali). Il fait écho au rapport Duclert, publié en mars à l’initiative du chef de l'Etat français, et qui pointe une importante responsabilité de la France dans le génocide au Rwanda de 1994. Une reconnaissance qu’avait saluée le gouvernement rwandais.

De là à parler d’un nouvel "axe Paris Kigali", il n’y a qu’un pas, s’enthousiasme le quotidien burkinabé Le Pays. Le journal voit dans cette normalisation des relations un avenir radieux. Mais la presse francophone se montre plus mesurée. Pour regarder vers l’avenir, "il faut regarder son passé en face", titre Libération. Si le journal salue la publication du rapport Duclert, plusieurs voix dans le quotidien attendent un geste fort d’Emmanuel Macron, à savoir des excuses officielles de la France. A Kigali, les habitants, désabusés, n'attendent plus d'excuses de la France, rapporte La Croix."Le plus important", disent-ils, "est de développer des relations durables entre les deux pays."

Au Royaume-Uni, c'est une bombe qu'a lâché Dominic Cummings, l'ancien conseiller spécial de Boris Johnson. Son visage s'affiche à la Une des principaux quotidiens britanniques, "Domshell", titrent le Daily Mail et Metro. Devant les parlementaires britanniques, le conseiller de l'ombre a fustigé la gestion de la pandémie par son ancien patron. "Chaotique", "dangereuse", a-t-il affirmé. Selon lui, Boris Johnson aurait "laissé mourir des dizaines de milliers de personnes pour éviter un reconfinement.» Pour le Guardian, cet exercice de "trahison pathétique" met à mal la démocratie britannique et pose la question de la qualité de ses politiciens.

En France, Le Louvre, le plus grand musée du monde a de nouveau une dirigeante. Laurence Des Cars, qui dirigeait les musées d'Orsay et de l'Orangerie, prendra ses fonctions le 1er septembre 2021. D'après Libération, elle aura pour mission de réconcilier les jeunes avec les musées après des mois de fermeture. Depuis le début de la pandémie, le Louvre a perdu près de 90 millions €

Nostalgie, quand tu nous tiens. 17 ans après la fin de leurs aventures, les six acteurs de Friends, la série culte des années 1990-2000, reviennent pour un épisode spécial, diffusé ce soir sur HBO Max aux Etats-Unis. Un exercice de nostalgie "plutôt réussi", analyse le Guardian.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Emportez l'actualité internationale partout avec vous ! Téléchargez l'application France 24