Au Pakistan, les habitants de Karachi otages de la mafia de l'eau

A Matchar Colony, le « quartier des moustiques », l'eau est une denrée rare, distribuée dans certains points seulement.
Les femmes sont chargées de l'approvisionnement pendant que leurs maris travaillent.
A Matchar Colony, le « quartier des moustiques », l'eau est une denrée rare, distribuée dans certains points seulement. Les femmes sont chargées de l'approvisionnement pendant que leurs maris travaillent. © france24

Avec ses 17 millions d'habitants, Karachi est la plus grande ville du Pakistan. Si la ville, considérée il y a peu comme l'une des plus dangereuses au monde, connait une amélioration de sa sécurité, d'autres formes de crimes y prospèrent désormais : le contrôle et la distribution de l'eau, le bâtiment et la gestion des déchets. Des activités de plus en plus lucratives à mesure que la ville s'agrandit. La mafia de l'eau engrange des millions de dollars chaque année, alors même que Karachi fait partie des villes les plus touchées au monde par le manque d'eau, selon l'ONU.

Publicité

Karachi, ville prospère des mafias du crime écologique, un reportage de Solène Chalvon Fioriti et Shahzaib Wahlah.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine