Accéder au contenu principal
Journal de l'Afrique

Présidentielle en Guinée : après les violences, l'armée réquisitionnée

Tensions dans les rues de Conakry
Tensions dans les rues de Conakry © agences

En Guinée, l'armée a été réquisitionnée et de nouveaux affrontements ont eu lieu entre les forces de sécurité et les partisans du chef de l'opposition Cellou Dalein Diallo. La tension monte dans le pays dans l'attente de la publication des résultats finaux de la présidentielle.

Publicité

La Guinée est plongée depuis un an dans une profonde crise politique. La mobilisation de l'opposition contre l'éventualité d'un troisième mandat d'Alpha Condé avait déjà été réprimée et fait des dizaines de morts civils. Avec la présidentielle, la tension est montée d'un cran. Douze personnes seraient mortes selon le gouvernement depuis le scrutin, alors que l'opposition parle de plus d'une vingtaine de morts. Pour en parler, nous retrouvons Fabien Offner, chercheur pour Amnesty International en Afrique de l'Ouest.

Le calme serait revenu à Lagos, au Nigeria. Les forces de sécurité ont repris le contrôle de la mégalopole et le gouverneur a annoncé un allègement du couvre-feu, au lendemain d'un discours du président Muhammadu Buhari, jugé peu satisfaisant par les Nigérians.

Un cessez-le-feu permanent a été conclu à Genève entre les parties libyennes, qui met fin à une guerre qui gangrène le pays depuis 2011 et la chute de Mouammar Kadhafi.

Enfin, le Soudan et Israël ont accepté d'entamer la normalisation de leurs relations diplomatiques au terme d'une médiation américaine.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.