Accéder au contenu principal
Journal de l'Afrique

Conflit en Éthiopie : les autorités accusent le chef de l'OMS de soutenir les rebelles

En Éthiopie, alors que les affrontements se poursuivent dans la région du Tigré, l'armée accuse le directeur de l'OMS de soutenir la région dissidente, en cherchant "des armes et des soutiens". Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui nie ces accusations, est un Ethiopien originaire du Tigré et a été membre du TPLF. Par ailleurs des observateurs soupçonnent les autorités de procéder à un fichage ethnique. 

Publicité

Autre conséquence de cette guerre en Éthiopie : l'exode massif de réfugiés. Ils seraient déjà plus de 36 000 à avoir franchi la frontière avec le Soudan pour fuir les combats. Face à leur nombre croissant, le gouvernement soudanais et l'ONU s'organisent pour ouvrir de nouveaux camps. Reportage dans le camp d'Om Rakuba de notre envoyé spécial à la frontière, Bastien Renouil.

A la une également, le Burkina Faso qui élit son président dans trois jours. Treize candidats sont en lice. Entre vieilles connaissances et nouveaux visages, nous vous présentons les principaux challengers du président sortant, Roch Kaboré.

En Guinée, plusieurs opposants au régime d'Alpha Condé ont été arrêtés ces derniers jours. Le collectif des avocats de l'opposition continue de dénoncer un dossier politico-judiciaire. Les avocats estiment que les procédures contre leurs clients sont biaisées - des accusations que rejettent les autorités guinéennes.

Nous irons aussi au Sénégal pour aborder la difficile question de l'émigration clandestine. Près de 700 migrants ont quitté le pays rien qu'en septembre. Plusieurs centaines de jeunes auraient péri en mer en tentant de rejoindre l'Europe. Un phénomène en hausse à cause de la crise économique liée au Covid-19. L'inaction du gouvernement est pointée du doigt. Reportage à Mbour, au sud de Dakar, de notre correspondant, Elimane Ndao.

Enfin, nous suivrons le procès pour corruption en Afrique du Sud dans lequel Jacob Zuma est entendu en tant que témoin. L'ancien président souhaitait que le juge en charge de l'affaire soit récusé, au motif qu'ils étaient amis. Mais le juge restera. Jacob Zuma et ses avocats ont quitté l'audience.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.