Journal de l'Afrique

Conflit en Éthiopie : au moins 600 civils tués le 9 novembre au Tigré

Ethiopie : au moins 600 civils tués dans le massacre du 9 novembre au Tigré
Ethiopie : au moins 600 civils tués dans le massacre du 9 novembre au Tigré © Capture d'écran France 24

Les appels à la médiation et à la protection des populations civiles du Tigré se font de plus en plus pressants mardi, à la veille de l'expiration de l'ultimatum donné par le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed aux dirigeants de la région dissidente pour se rendre. Au moins 600 personnes ont été tuées au cours du "massacre atroce" perpétré par des miliciens tigréens le 9 novembre à Mai Kadra, localité du Tigré, a indiqué mardi une institution publique indépendante éthiopienne. Amnesty International avait déjà rapporté que "probablement des centaines" de civils avaient été tués.

Publicité

On estime aujourd'hui que 36 000 personnes ont déjà fui vers le Soudan voisin depuis le début du conflit en Éthiopie le 4 novembre. Dans la région de Hamdayit, au Soudan, nombre d'habitants se sont mobilisés pour accueillir ces réfugiés chez eux.

Au Burkina Faso, la Commission électorale indépendante a commencé à publier les résultats partiels, des résultats que  l'opposition menace de ne pas reconnaître en pointant du doigt des fraudes qui auraient émaillées le double scrutin présidentiel et législatif. Les commissaires des partis de l'opposition se sont d'ailleurs retirés de la commission électorale. La majorité présidentielle appelle quant à elle au "respect des résultats" et vous entendrez le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) dans cette édition.

En Centrafrique, alors que la campagne pour la présidentielle ne commence que le 12 décembre, l'opposition s'est rassemblée mardi à Bangui. Le meeting de la coalition "COD20", qui rassemble 14 partis d'opposition, a attiré plusieurs centaines de militants. L'ancien président et opposant, François Bozizé, était attendu par les fidèles de son parti. Ce meeting était pourtant interdit mais les autorités ont finalement laissé faire pour éviter les tensions à un mois du scrutin, et à une semaine de l'annonce des candidats pour l'élection présidentielle du 27 décembre.

Nous irons également au Cameroun anglophone dans ce journal. La situation sécuritaire est instable et pousse les populations à partir. De nombreux élèves fuient vers les zones francophones pour y être scolarisés. Les éducateurs y ont ouvert des écoles anglophones exclusivement réservées aux déplacés.

Enfin nous vous ferons découvrir un nouveau jeu de société créé par une jeune entrepreneuse nigériane. L'objectif est de mieux faire connaître la culture noire et l'histoire de l'Afrique. Le jeu est déjà en vente au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine