Accéder au contenu principal

L'armée s'empare d'un bastion rebelle

L'armée congolaise a fait état de la prise de Mushake, un bastion principal du rebelle Laurent Nkunda.

Publicité

Le chef d'état-major général des Forces armées de République démocratique du Congo (FARDC) a fait état mercredi de la prise de Mushake (Nord-Kivu, est), présentée comme une "grande victoire" et une étape nécessaire avant une offensive contre les bastions du rebelle Laurent Nkunda.

"La 82e brigade (des FARDC) se trouve dans Mushake et contrôle désormais toutes les hauteurs autour du village", a déclaré à l'AFP le général Dieudonné Kayembe, arrivé récemment à Goma, capitale du Nord-Kivu.

"La prise de Mushake représente une grande victoire pour les FARDC. C'était un noeud, un verrou", s'est félicité le chef de l'armée congolaise, après deux jours d'intenses tirs d'artillerie contre la position rebelle, perchée sur une colline à 40 km au nord-ouest de Goma.

"Les insurgés ont laissé plus d'une cinquantaine de cadavres" sur le champ de bataille et les FARDC ont perdu "quatre soldats" depuis le début de l'offensive lancée lundi dans la région de Sake (30 km au nord-ouest de Goma), a-t-il indiqué.

De son côté, la Mission de l'ONU en RDC (Monuc), qui fournit un appui logistique à l'armée, a dit avoir évacué plus de 50 soldats loyalistes blessés.

Le camp Nkunda était injoignable mercredi matin.

Lundi, les forces gouvernementales ont lancé une vaste offensive et repris le contrôle de plusieurs localités du territoire de Masisi, autour de Sake, à 30 kilomètres au nord-ouest de Goma. Elles avaient avancé d'environ 10 kilomètres au nord et nord-ouest de Sake le premier jour, mais peinaient depuis à enfoncer les lignes ennemies.

Mushake constituait un verrou stratégique que l'armée régulière voulait à tout prix faire sauter, pour dégager son flanc ouest, avant de continuer son offensive en direction du Nord, vers les bastions de Nkunda, Kirolirwe et Kitchanga.

"Nous pensons qu'à partir de Mushake, nous allons pouvoir progresser vers la nord. Depuis ce matin, nous contrôlons aussi entièrement Kingi (un village situé à environ 10 km au nord de Sake), qui ouvre la route vers Kirolirwe", a expliqué le général Kayembe.

Des centaines de soldats de plusieurs brigades (14e, 82e, régiment de blindés) ont été mobilisés dans cette bataille. De grandes quantités de munitions ont été tirées en trois jours, et la Monuc a effectué mardi plusieurs rotations par hélicoptère pour réapprovisionner les FARDC en munitions.

Pour un officier occidental, la prise de Mushake, qui était nécessaire pour poursuivre les opérations, n'est que la première étape d'une offensive qui s'annonce longue et difficile: "Il y a encore des poches insurgées à nettoyer au sud-ouest de Mushake, où les FARDC doivent consolider leurs positions. Puis, plus ils vont monter en direction (des montagnes) de Kirolirwe, plus ils vont étendre - et donc fragiliser - leur dispositif".

Pour un autre expert militaire, les FARDC pourraient rapidement avoir des problèmes de ravitaillement en munitions et être débordés par le Nord, dans le territoire de Rutshuru, où l'armée a perdu dimanche Kikuku et Nyanzale, deux positions clefs de son dispositif de défense, situées à entre 100 et 130 km au nord-ouest de Goma.

Depuis la fin août, le Nord-Kivu est le théâtre d'affrontements entre FARDC, qui y ont massé plus de 20.000 hommes, et quelque 4.000 soldats insurgés ralliés à Nkunda.

Tutsi congolais, Nkunda se pose en défenseur de sa communauté contre les rebelles hutus rwandais installés dans l'est du pays et refuse catégoriquement de déposer les armes en dépit d'appels répétés de Kinshasa, de la Monuc et d'intenses pressions diplomatiques, notamment américaines.

Le Nord-Kivu compte quelque 800.000 déplacés de guerre, selon l'ONU.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.