PRESIDENTIELLE

Le ton monte entre Mitt Romney et John McCain

4 mn

Mitt Romney multiplie les attaques contre le grand favori des sondages pour le New Hampshire, John McCain. Une deuxième défaite pourrait lui coûter cher.

Publicité

Les prétendants républicains à l'investiture de leur parti pour la course à la Maison Blanche ont renforcé leurs attaques les uns contre les autres dimanche à deux jours des primaires du New Hampshire, qui pourraient être déterminantes pour les départager.

Mitt Romney, l'ancien gouverneur du Massachusetts, Etat voisin du New Hampshire, et richissime homme d'affaires, s'efforce de relancer sa campagne après sa défaite cuisante jeudi dans les caucus (assemblées d'électeurs) de l'Iowa (centre) infligée par l'outsider Mike Huckabee, un ex-gouverneur d'Arkansas (sud) et ancien pasteur baptiste.

La victoire surprise de ce dernier grâce à l'important soutien des évangélistes conservateurs laisse le champ ouvert chez les républicains pour l'investiture à la présidentielle de novembre.

Pour tenter d'éviter de subir une seconde défaite dans le New Hampshire (nord-est) où le sénateur John McCain est donné cette fois gagnant dans les sondages, Mitt Romney, a profité d'interviews sur les traditionnelles émissions politiques dominicales sur tous les réseaux de télévision pour se livrer à des attaques en règle contre son principal rival.

Il a notamment accusé John McCain, un héros de la guerre du Vietnam, d'avoir pris des positions en matière d'impôt et de réforme de la politique d'immigration qui sont incompatibles avec les principes du parti républicain.

"Il (McCain) parle de changer Washington, mais il y a évolué tellement  longtemps (...) qu'il est devenu un dissident dans son propre parti", a lancé Mitt Romney, qui a l'ambition de devenir le premier mormon à entrer à la Maison Blanche.

Mitt Romney a aussi lancé dans le New Hampshire une campagne de spots télévisés attaquant M. McCain comme il l'avait fait contre Mike Huckabee dans l'Iowa.

Cette tactique lui a valu samedi soir lors d'un débat télévisé de subir des attaques répétées de MM. McCain et Huckabee.

"Ce que nous avons en commun avec le sénateur McCain c'est que nous sommes tous les deux violemment agressés par les spots télévisés du gouverneur Romney qui déforment nos bilans et positions", a dit M. Huckabee interrogé sur la chaîne Fox.

"Nous divergeons sur certains sujets", a-t-il poursuivi en parlant du sénateur McCain, tout en soulignant que ce dernier avait "maintenu sa campagne à un haut niveau".

Mais l'ancien pasteur baptiste a nié joindre ses forces à celles de M. McCain dans le New Hampshire pour faire battre M. Romney.

De son côté John McCain a aussi répondu dimanche aux assauts de Mitt Romney. "Il a changé de position sur presque tous les grands sujets et ceci est un fait", a-t-il lancé sur la chaîne de télévision NBC, ajoutant qu'il voulait "débattre dans cette campagne sur les grandes questions et non sur les personnalités" de ses rivaux.

Les changements de positions de M. Romney sur l'avortement et l'immigration notamment ne sont pas appréciés chez certains républicains conservateurs.

M. Romney a estimé qu'une défaite dans le New Hampshire ne mettrait pas pour autant fin à sa campagne.

"Si je ne gagne pas ici, ce sera probablement très serré, et je ne crois franchement pas que le parti républicain choisira John McCain", a-t-il affirmé.

Selon une enquête de McClatchy-MSNBC conduite dimanche, John McCain mène avec 32% des intentions de vote dans le New Hampshire contre 24% pour Mitt Romney.

Mike Huckabee arrive en troisième position. L'ancien maire de New York, Rudolph Giuliani est resté quant à lui à l'écart des caucus de l'Iowa et des premières primaires.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine