PRESIDENTIELLE

Les primaires dans le New Hampshire

3 mn

Analyses, interviews, reportages... Une équipe de FRANCE 24 est à Manchester, dans le New Hampshire, pour décrypter la deuxième salve des primaires.

Publicité

La journée se termine à Manchester, dans le New Hampshire.
Sur les écrans de télévision de la salle de rédaction que nous partageons avec des télévisions du monde entier, le visage de la femme de Barack Obama. Foulard blanc et boucles d’oreilles assorties, Michele Obama est tout sourire, heureuse de soutenir la candidature de son mari. Un groupe de femmes l’entoure, se fait prendre en photo avec elle. Certaines la prennent dans leur bras, le temps d’un « hug » très américain pour lui confier leur amitié.

Sur l’écran voisin, un confrère envoie des images des lointaines collines enneigées du New Hampshire. On se souvient soudainement qu’en ce lundi 7 janvier, il a fait un grand soleil.

Levés aux aurores pour assister à un petit déjeuner entre Mike Huckabee et ses supporters à une heure de route de Manchester, en pleine campagne, dans un restaurant traditionnel où l’on sert de copieux repas de bûcheron, nous découvrons les titres de l’actualité locale sur les écrans du salon de l’hôtel. Il est six heures, la ville s’éveille.

La serveuse de la salle restaurant s’active depuis déjà plus d’une heure. A la veille du vote des électeurs du New Hampshire, elle nous confie sa hâte de voir Barack Obama emporter la nomination démocrate… Ses collègues autour sourient. Ils et elles aussi ont le cœur qui bât pour le sénateur de l’Illinois.

La matinée se poursuit. Nous avons rendez-vous avec d’autres dizaines de caméra pour filmer l’apparition de Mitt Romney au Rotary Club de la ville de Nashua. La rencontre a lieu dans un Country Club. On imagine au loin un cours de golf, une piscine, de grands espaces de détente. A l’intérieur, c’est l’effervescence. Un Rotarien septuagénaire nous confie qu’il n’en est pas à son premier candidat à la nomination de son parti. Le premier, il s’en souvient très clairement, c’était John F. Kennedy.

Début d’après-midi. Nous sommes en reportage et apprenons la nouvelle du jour par téléphone. Hillary Clinton aurait pleuré à la télévision. L’une des favorites malmenée par les récents sondages aurait craqué. Nous découvrons les commentaires des analystes à notre retour dans la rédaction. Les images d’Hillary Clinton micro à la main défilent sur presque tous les ordinateurs. Nous les regardons. Joue-t-elle la comédie, s’interrogent certains ? D’autres répliquent aussitôt qu’ils ne voient que sincérité dans l’émotion qui échappe à l’ancienne Première dame. La première fois qu’elle laisse paraître une petite faiblesse. Hillary Clinton émeut. A moins qu’elle ne cherche à renverser l’électorat démocrate en sa faveur, poursuivent d’autres commentateurs.

Dehors, on ne peut que constater que les pancartes au nom de la sénatrice de New York demeurent fort peu visibles, comparées à celles de ses concurrents républicains. De plus en plus souvent maintenant, sur les pelouses recouvertes de neige, émergent des pancartes Obama.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine