IRAK - OMS

151.000 civils morts en Irak depuis 2003

2 mn

Selon une enquête de l'Organisation mondiale de la santé, 151.000 civils irakiens sont décédés de mort violente depuis 2003. C'est la principale cause de décès pour les hommes âgés de 15 à 59 ans.

Publicité
GENEVE - Cent cinquante et un mille
civils irakiens seraient morts de mort violente durant les trois
années qui ont suivi l'invasion de leur pays par les Américains
et les Britanniques en mars 2003, selon une vaste enquête
effectuée par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), publiée
mercredi.
 
L'OMS, qui précise que plus de la moitié de ces morts
violentes ont eu lieu dans la capitale Bagdad, s'appuie sur des
données obtenues dans le cadre d'une enquête effectuée auprès de
près de 10.000 ménages, dans un millier de quartiers et de
villages répartis sur l'ensemble du territoire irakien.
 
Les chercheurs indiquent qu'en dépit de l'ampleur de leur
enquête, le chiffre qu'ils obtiennent reste incertain et que le
nombre de morts violentes en Irak de mars 2003 à juin 2006 doit
se situer de ce fait quelque part entre 104.000 et 223.000.
 
L'étude porte sur cinq fois plus de ménages que ceux
interrogés dans le cadre de l'enquête, controversée, menée en
2006 par l'université américaine Johns Hopkins, qui concluait
que plus de 600.000 Irakiens avaient péri durant cette période.
 
Si le chiffre qu'obtient l'OMS est nettement inférieur, il
reste supérieur à celui, fréquemment cité, de l'organisation des
droits de l'Homme Iraq Body Count, qui parle de 80.000 à 87.000
morts.
 
"Les résultats de cette enquête sur les ménages doivent être
interprétées avec prudence", relativise l'un des coauteurs de
l'étude de l'OMS, Mohamed Ali, statisticien à l'OMS.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine