Accéder au contenu principal

Chute des cours du pétrole

Le prix du baril de pétrole a baissé d'environ trois dollars à New York reculant de plus de 12 % depuis son record à plus de 100 dollars le 2 janvier. Les acheteurs s'inquiètent d'une possible récession aux Etats-Unis.

Publicité

Les cours du pétrole ont chuté de près de trois dollars mardi à New York dans le sillage des Bourses mondiales, inquiètes d'une propagation dans le monde d'une possible récession aux Etats-Unis.

Le marché new-yorkais était fermé lundi pour le Martin Luther King Day, jour férié aux Etats-Unis.

Vers 14H10 GMT, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en février perdait 3,37 dollars à 87,20 dollars, soit un plus bas depuis un mois et demi.

Lors des échanges électroniques, le prix du baril de brut est même descendu jusqu'à 86,11 dollars.

Le baril de brut a désormais perdu plus de 12 dollars par rapport à son record absolu (100,09 dollars) établi le 2 janvier.

"Les craintes de récession dans le monde pèsent sur les matières premières et sur l'énergie", a expliqué Eric Wittenauer, analyste chez A.G Edwards, ajoutant que "les fonds spéculatifs ont commencé à vendre leurs positions sur le brut, ainsi que sur d'autres matières premières afin de réajuster leurs portefeuilles."

Toutes les matières premières sont sous pression, a fait observer l'analyste.

Lundi, à l'exception de Wall Street fermée, les Bourses mondiales ont connu leur plus forte baisse depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

Ce "lundi noir" boursier a propagé la crainte que l'économie, non plus seulement américaine mais mondiale, ne ralentisse fortement. Par conséquent, "les prévisions de demande pétrolière pourraient être révisées à la baisse et nous pourrions avoir un excédent de pétrole sur le marché bien plus grand qu'on ne l'imagine", a souligné pour sa part Simon Wardell (Global Insight).

Un ralentissement économique dans le monde serait préjudiciable à la demande pétrolière, dont l'explosion dans les pays émergents tels la Chine ou encore l'Inde, a notamment favorisé l'escalade récente des prix.

"La crise financière engendrée par le subprime n'est plus seulement cantonnée aux Etats-Unis, elle s'est propagée dans le monde. Quand les Etats-Unis éternuent, le reste du monde s'enrhume", résume Phil Flynn (Alaron trading).

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.