FRAUDE - SOCIETE GENERALE

Perquisition chez le trader de la Société générale

2 mn

La police a pénétré jeudi soir dans l'appartement de Jérôme Kerviel, le trader accusé d'avoir fait perdre 4,9 milliards d'euros à la Société générale.

Publicité

Des policiers sont allés vendredi en fin d'après-midi dans l'immeuble de Neuilly-sur-Seine où réside Jérôme Kerviel, le trader mis en cause dans la "fraude" qui a coûté 4,9 milliards d'euros à la Société Générale, selon des témoins interrogés par l'AFP.

Ces policiers, dont on ignorait dans la soirée à quel service ils appartiennent, sont arrivés vers 17h15. Selon ces témoins, ils ont eu recours au service d'un serrurier pour pénétrer dans l'appartement de Jérôme Kerviel au 3e étage. Une journaliste de l'AFP a pu constater que la serrure avait été forcée.

Ils sont repartis vers 20h30, porteurs, selon des témoins , de mallettes.

Aucune confirmation d'une perquisition n'a pu être obtenue, de source judiciaire ou policière.

Le parquet de Paris centralise les plaintes visant cette "fraude" record après le dessaisissement en sa faveur du parquet de Nanterre qui avait enregistré jeudi soir celle déposée par la banque.

Le parquet de Paris a ouvert jeudi une enquête préliminaire, confiée à la brigade financière, à la suite d'une première plainte contre X déposée dans la matinée au nom d'un petit porteur pour "escroquerie, abus de confiance, faux et usage de faux, complicité et recel".

La Société Générale avait déposé en fin d'après-midi une plainte pour "faux et usage de faux" et "atteinte au système de traitement automatisé des données" à Nanterre (Hauts-de-Seine).

Le parquet de Paris avait alors demandé au parquet de Nanterre de se dessaisir en sa faveur au titre de sa compétence de juridiction interrégionale spécialisée et compte-tenu de la localisation à Paris du siège social de la banque.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine