HANDBALL - EURO

Le Danemark sacré champion d'Europe

3 mn

Les joueurs Danois avaient annoncé qu'ils étaient venus pour l'or : ils ont tenu leur engagement et sont devenus champion d'Europe en battant la Croatie en finale (24-20). La France a décroché la médaille de bronze.

Publicité

Après trois échecs successifs en demi-finale, l'équipe masculine du Danemark a enfin imité ses illustres homologues féminines, multiples médaillées d'or, en remportant la finale de l'Euro-2008 aux dépens de la Croatie (24-20), dimanche à Lillehammer.

Grâce à ce succès, les Danois ont obtenu leur qualification non seulement pour l'Euro-2010 en Autriche mais surtout pour les JO-2008 à Pékin, une épreuve olympique dont les Danoises sont triple tenantes du titre.

Parfois taxés d'arrogance pour avoir annoncé dès le début de la compétition qu'ils étaient venus tout simplement y décrocher l'or, les nouveaux rois du Vieux Continent ont tenu leurs promesses.

Le Danemark champion d'Europe, c'est la victoire de la persévérance, la consécration d'un parcours exceptionnel dans un Euro où ils ont marqué les esprits, avec notamment deux succès par dix buts d'écart obtenus contre les vice-champions du monde polonais, et, déjà, contre les finalistes croates.

L'écart n'a pas été aussi conséquent dimanche en finale, mais les Scandinaves, très solides en défense, n'ont jamais paru véritablement menacés. Menés 4 à 0 après notamment un doublé de l'arrière croate Petar Metlicic, les Danois ne se sont pas affolés.

Rassurés par leur défense qui gênait considérablement les attaquants croates, ils ont refait leur retard puis pris l'avantage dans la foulée de l'arrière Lasse Boesen et de l'inépuisable ailier Lars Christiansen (0-4, 8-8, 13-10).


Balic se démène

Les gardiens croates Somic et Alilovic, pas vraiment à la fête, facilitaient le travail des attaquants scandinaves. Ces derniers étaient impressionnants de détermination et de maîtrise, même dans les rares moments où la Croatie semblait pouvoir prendre l'ascendant.

Les Danois tuaient définitivement le match à la reprise, où en moins de dix minutes ils comptaient six buts d'avance sur leurs adversaires, réduits au silence par la défense rouge et blanche et le gardien Kasper Hvidt.

Alors que l'entraîneur croate Lino Cervar recevait un carton rouge à sept minutes de la fin pour une contestation un peu trop bruyante à une décision arbitrale, la Croatie n'accusait que trois buts de retard.

Ivano Balic, le génial meneur de jeu croate, surmontait alors ses douleurs et ses épais pansements pour tenter une folle égalisation, par des débordements dont lui seul a le secret, rapprochant les siens à deux buts.

Mais l'arrêt de Hvidt sur un penalty de l'ailier Cupic en fin de rencontre sonnait définitivement le glas des espoirs croates.

Alors que leurs homologues féminines, en reconstruction depuis le renouvellement de leur effectif il y a quatre ans, ne seront pas de l'aventure olympique, les Danois ont une belle chance de marcher sur leurs pas, en août en Chine.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine