EGYPTE - GAZA

Olmert promet d'éviter une crise humanitaire

4 mn

Ehoud Olmert et Mahmoud Abbas, qui se sont entretenus durant deux heures, "se sont mis d'accord pour éviter une crise humanitaire". Précisions de M. de Chalvron, correspondant à Jérusalem.

Publicité

Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a promis dimanche au président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas que le blocus israélien ne provoquerait pas une "crise humanitaire" à Gaza, a-t-on appris de source officielle israélienne.

Lors d'un entretien à Jérusalem, les deux dirigeants ont également discuté de la situation à la frontière entre la bande de Gaza et l'Egypte, ouverte de force par le mouvement islamiste Hamas qui contrôle le territoire, ce qui a permis à la population d'échapper au blocus israélien.

"Les deux leaders ont discuté longuement de la situation à Gaza et se sont mis d'accord pour éviter une crise humanitaire" a déclaré aux journalistes un responsable de la présidence du Conseil israélien, David Baker, à l'issue de l'entrevue qui a duré plus de deux heures.

La rencontre est la première entre MM. Abbas et Olmert depuis la visite de George W. Bush à la mi-janvier dans la région, lors de laquelle le président américain avait appelé à un accord sur la création d'un Etat palestinien d'ici la fin de l'année.

La ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, et le chef de l'équipe des négociateurs palestiniens, Ahmad Qoreï, qui participaient à cette rencontre, se sont ensuite entretenus séparément sur les questions de fond du conflit israélo-palestinien, selon cette source.

Ces entretiens entre MM. Abbas et Olmert sont également les premiers depuis le début du blocus de la bande de Gaza par Israël, le 17 janvier, qui a poussé des centaines de milliers de Palestiniens à aller s'approvisionner en Egypte voisine en passant par des brèches ouvertes dans la frontière.

L'afflux de Palestiniens en Egypte s'est poursuivi dimanche pour la cinquième journée consécutive, mais en moindre nombre.

Un des principaux négociateurs palestiniens, Saëb Erakat, avait affirmé samedi que M. Abbas avait l'intention de demander la levée du blocus israélien et de proposer que l'Autorité palestinienne prenne la responsabilité des frontières de la bande de Gaza.

Mais un tel déploiement impliquerait le feu vert du Hamas. Or celui-ci rejette tout arrangement excluant ses forces ou prévoyant le déploiement d'observateurs internationaux à Rafah, principal point de passage vers l'Egypte.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Aboul Gheit, a déclaré dimanche que Le Caire "prendrait toutes les mesures appropriées pour contrôler dès que possible la frontière égyptienne avec la bande de Gaza". Il n'a pas donné davantage de précisions.

L'Egypte a invité M. Abbas, dont la visite est attendue mercredi, et les responsables du Hamas pour trouver un arrangement.

Sur le terrain, des milliers de Palestiniens ont continué à affluer en Egypte mais le flux s'était réduit par rapport aux journées précédentes qui ont vu le passage de centaines de milliers de personnes.

Les autorités égyptiennes ont annoncé samedi que la frontière resterait ouverte aux habitants de Gaza qui viennent s'approvisionner. Mais elles bloquaient en amont l'arrivée des marchandises par camion.

En Israël les autorités se sont engagées dimanche auprès de la Cour suprême à maintenir l'alimentation en fioul de la bande de Gaza, après l'avoir interrompu durant plusieurs jours dans le cadre du blocus.

Les représentants de l'Etat se sont engagés à rétablir "l'approvisionnement en fioul de la centrale électrique de Gaza au niveau de 2,2 millions de litres par semaine" soit le niveau de novembre, a-t-on appris de sources judiciaires.

Dix organisations israéliennes et palestiniennes de défense des droits de l'Homme avaient introduit un recours devant la Cour suprême contre la réduction des fournitures de fioul qu'elles dénonçaient comme "une punition collective en violation du droit international".

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine