INDONESIE

Dernier hommage à l'ex-président Suharto

3 mn

Des milliers d'Indonésiens ont rendu un dernier hommage à l'ancien dictateur Suharto, décédé dimanche à Jakarta. Il avait gouverné l'archipel en maître incontesté durant 32 ans.

Publicité

Des dizaines de milliers d'Indonésiens se sont rassemblés lundi à Jakarta et dans le centre de Java sur le trajet du convoi funéraire de l'ancien président Suharto, mort dimanche à l'âge de 86 ans, pour lui rendre un dernier hommage.

La dépouille de l'ex-dictateur a quitté vers 07H30 (00H30 GMT) sa maison du quartier résidentiel de Menteng, dans un convoi d'une longueur impressionnante ouvert par des motards de la police militaire et survolé par des hélicoptères.

Des centaines d'écoliers, des dizaines de milliers d'habitants avaient pris place très tôt sur les trottoirs pour assister au passage du convoi roulant à vitesse réduite qui se rendait à l'aéroport militaire de Jakarta, a constaté un journaliste de l'AFP.

L'ex-général doit être inhumé plus tard dans le centre de Java, près de l'ancienne cité royale de Solo.

L'avion de transport militaire Hercules transportant le cercueil de l'ex-dictateur a décollé vers 08H45 (01H45 GMT) et a atterri à 10H10 (03H10 GMT) à Solo, selon un correspondant de l'AFP faisant partie du convoi.

Le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono et des hauts responsables gouvernementaux avaient embarqué dans un autre avion.

Le convoi a alors pris la route de Matesih, une agglomération rurale sur une pente du volcan Lawu où la famille Suharto possède son caveau familial. Là aussi, des centaines d'habitants se sont massés sur le bord de la route pour voir passer le corbillard.

Plus tôt lundi une cérémonie s'était déroulée dans la résidence de Suharto à Jakarta, au cours de laquelle sa famille a officiellement remis le corps à l'Etat.

Le cercueil recouvert du drapeau rouge et blanc indonésien a été transporté à l'extérieur de la maison par huit soldats et policiers.

Des pots de terre cuite ont été brisés sur le sol selon un rite javanais censé écarter le mauvais sort lié au décès. Les honneurs militaires lui ont aussi été rendus.

L'ex-président indonésien, considéré comme le dirigeant le plus corrompu des temps modernes, est mort dimanche à Jakarta au terme d'une agonie qui a illustré son influence encore vive.

Suharto a été accusé de nombreux crimes et violations des droits de l'Homme mais il demeurait pourtant respecté par de nombreux Indonésiens qui s'en souvenaient comme du "père du développement" de l'Indonésie.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine