AUSTRALIE

Des excuses officielles auprès des aborigènes

2 mn

C'était l'un des engagements de campagne de Kevin Rudd. Le 13 février, le nouveau premier ministre australien doit ouvrir la session parlementaire avec des excuses aux aborigènes. (Récit : C. Dansette)

Publicité

Le Premier ministre australien Kevin Rudd, ouvrira la session parlementaire, le 13 février, par un discours d'excuses à la communauté aborigène, comme il s'y était engagé avant la victoire des travaillistes fin novembre, a indiqué mercredi le gouvernement.

Le Premier ministre présentera des excuses à la "génération volée", qui désigne ces milliers d'enfants autochtones retirés de force jusqu'aux années 70 à leurs familles, pour être placés dans des institutions ou des foyers européens à des fins d'assimilation, a indiqué la ministre des Affaires indigènes, Jenny Macklin.

"C'est une première étape, nécessaire, pour avancer", a indiqué Mme Macklin. "Les excuses seront présentées au nom du gouvernement australien et ne veulent désigner aucun coupable parmi la génération actuelle du peuple australien", a-t-elle ajouté.

L'ex-Premier ministre libéral, John Howard, au pouvoir de 1996 à novembre 2007, s'était toujours opposé à une telle démarche.

La population aborigène représente 455.000 personnes soit 2% de la population australienne totale. Marginalisés et défavorisés, les Aborigènes ont une espérance de vie inférieure de 17 ans à celle d'un Australien non-aborigène.

Début janvier Mme Macklin avait exclu que ces excuses s'accompagnent d'indemnisations financières, comme le réclament certains leaders aborigènes.

Le directeur du Centre aborigène de Tasmanie, Michael Mansell, avait souhaité que le gouvernement octroie un milliard de dollars australiens (780 millions USD) à un fonds destiné aux 13.000 aborigènes, qui ont été enlevés à leurs familles, pendant 40 années.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine