ETATS-UNIS - PRIMAIRES

McCain remporte la Floride, Giuliani finit troisième

4 mn

Le sénateur de l'Arizona John McCain a remporté la primaire républicaine de Floride, selon les médias américains. Hillary Clinton est, elle, arrivée en tête de la primaire démocrate.

Publicité
Le sénateur de l'Arizona John McCain a remporté mardi la primaire républicaine de Floride, selon les chaînes de télévision américaines.

Il s'agit de la troisième victoire majeure (après le New Hampshire et la Caroline du Sud) de M. McCain dans le processus de sélection du candidat républicain à la Maison Blanche.

Cela confirme son statut de favori à sept jours du "super-mardi" quand une vingtaine d'Etats, dont New York et la Californie, entreront à leur tour dans la course. Selon des sondages, M. McCain est donné gagnant dans ces deux Etats.

M. McCain avait reçu ces jours derniers le soutien de poids du populaire gouverneur de Floride, Charlie Crist, et du sénateur d'origine cubaine Mel Martinez, personnalité influente au sein de l'importante communauté cubano-américaine de Floride.

La Floride sera représentée par 57 délégués à la Convention républicaine. Elle aurait dû envoyer 114 délégués, mais la direction nationale du parti républicain a sanctionné les instances locales en raison d'un différend sur la date des élections.

Hillary Clinton largement en tête chez les démocrates

Hillary Clinton a largement remporté mardi la primaire démocrate de Floride (sud-est), une consultation sans enjeu au niveau des délégués mais symboliquement importante à sept jours du "super-mardi", selon les projections de chaînes de télévision américaines.

Selon CNN, Mme Clinton a obtenu 48% des voix contre 30% pour son rival Barack Obama et 15% pour John Edwards après le dépouillement de 31% des bureaux de vote.

Selon des études sorties des urnes, Mme Clinton aurait attiré sur son nom les voix des électeurs blancs et d'origine hispanique tandis que M. Obama a fait le plein des voix des électeurs noirs qui ne représentent cependant que 18% de la population.

Aucun candidat démocrate n'a fait campagne en Floride mais Mme Clinton a prévu de se rendre brièvement mardi soir à Davie, dans le sud-est de la Floride, pour remercier les électeurs démocrates.

En raison d'un différend entre les instances locales et la direction nationale du parti démocrate sur la date de cette consultation, aucun délégué du "Sunshine State" ne devrait siéger à la convention démocrate prévue en août à Denver.

Le même problème s'était posé dans le Michigan (nord).

Théoriquement, 210 délégués devaient représenter la Floride et 156 le Michigan à la convention démocrate. Mme Clinton avait déjà gagné les primaires du Michigan où elle était la seule candidate en lice.

L'équipe Clinton a plaidé mardi pour que le vote des électeurs du Michigan et de Floride soit reconnu par la direction du parti.

"Les gens de Floride veulent que leurs voix soient entendues et leurs voix seront entendues", a dit la directrice de la campagne Clinton, Patti Solis Doyle au cours d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

Mme Doyle a fait remarquer que la consultation de Floride devait mobiliser plus d'électeurs que dans l'Iowa, le New Hampshire, le Nevada et la Caroline du Sud réunis. "Nous espérons et nous nous attendons à ce que les délégués de Floride et du Michigan siègent à la convention", a-t-elle dit.

Selon Howard Wolfson, directeur de la communication dans l'équipe Clinton, au moins un million d'électeurs démocrates pourraient voter en Floride.

Il n'est pas question de changer les règles établies par le parti démocrate que tous les candidats, y compris Mme Clinton, s'étaient engagés à respecter, a rétorqué l'équipe Obama un peu plus tard au cours d'une autre conférence téléphonique.

"L'essentiel est que la Floride ne doit pas désigner de délégués", a affirmé l'ancien candidat à la Maison Blanche, John Kerry, qui a rejoint le camp Obama.

Il a accusé Mme Clinton d'avoir changé de position sur ce sujet au gré des circonstances.

Interrogé par des journalistes à El Dorado (Kansas, centre), M. Obama a comparé les primaires de Floride à "un concours de beauté" sans vrai enjeu. "Aucun de nous n'a fait campagne en Floride et les gens ne connaissent pas notre programme", a-t-il dit, ajoutant qu'il comptait sur les voix des électeurs du Michigan et de Floride... en novembre.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine