Accéder au contenu principal

La junte promet d'organiser un référendum en mai

La junte birmane promet d'organiser un référendum sur une nouvelle Constitution en mai, ouvrant la voie à des élections. (Récit : L. Constantinesco)

Publicité

La junte militaire birmane a annoncé samedi qu'un référendum sur une nouvelle constitution serait organisé en mai, ouvrant la voie à des élections multipartites en 2010, une annonce qui a "surpris" l'opposition.

"Le référendum sur la nouvelle constitution se tiendra en mai 2008", affirme un communiqué officiel lu à la télévision officielle à Rangoun. "Des élections démocratiques et multipartites seront organisées en 2010, selon la nouvelle constitution."

"Il convient de transformer l'administration militaire en un système administratif démocratique et civil, maintenant que des fondements solides ont été établis", ajoute le communiqué officiel.

"Les infrastructures de base du pays ont été édifiées, mais il y a encore des progrès à faire pour le bien être de la nation," selon ce texte.

Réagissant à cette annonce, le parti de la dirigeante de l'opposition birmane Aung San Suu Kyi, la Ligue nationale pour la Démocratie (LND), s'est déclaré "surpris".

"Je suis surpris qu'ils (les dirigeants de la la junte) aient fixé une date pour une élection", a déclaré Nyan Win, porte-parole de la LND.

Il est prématuré de planifier des élections nationales alors que personne n'a vu la version finale du projet de constitution que les militaires birmans veulent soumettre en mai aux électeurs, a dit en substance ce porte-parole.

"Attendons de voir les résultats du référendum sur la constitution. Comment peuvent-ils savoir que le vote sera couronné de succès ? Il est encore trop tôt pour parler d'une élection", a ajouté ce porte-parole.

Des élections avaient eu lieu en 1990 en Birmanie. La LND (Ligue nationale pour la démocratie), parti de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi, avait remporté largement ce scrutin mais la junte n'a jamais reconnu ce résultat.

En septembre dernier, une Convention Nationale a adopté les grandes lignes d'une nouvelle Constitution, après plus d'une décennie de travaux, première étape d'une "feuille de route" de Rangoun.

La junte avait affirmé que cette "feuille de route" devait aboutir à des élections, après l'approbation de la Constitution par voie de référendum. Aucun calendrier n'avait cependant été fixé.

La LND avait boycotté les pourparlers pour protester contre la détention de sa dirigeante.

Depuis la répression de septembre en Birmanie, le régime des généraux a soufflé le chaud et le froid, autorisant la venue à deux reprises d'un médiateur de l'ONU pour favoriser un dialogue avec l'opposition, tout en poursuivant les arrestations de dissidents et en resserrant les contrôles sur la population.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.