Accéder au contenu principal
ECONOMIE - G7

Le G7 craint un ralentissement de l'économie

2 min

Ministres et gouverneurs des banques américains, japonais, allemands, britanniques, italiens, canadiens et français se réunissent à Tokyo pour évoquer la crise financière mondiale. (Corres. : N. Tourret)

Publicité

TOKYO, 9 février (Reuters) - La crise du crédit pourrait
aller en s'aggravant avec les banques qui durcissent leurs
conditions de prêts et le ralentissement économique qui se
confirme, estiment régulateurs des marchés financiers et
banquiers centraux dans un rapport remis samedi aux ministres
des Finances du G7.


Dans son rapport intérimaire, le Forum de stabilité
financière estime qu'il ne faut pas réglementer à la hâte le
cercle vicieux des dépréciations et laisser faire pour le moment
les systèmes de contrôle actuels sur les marchés.


Mais les autorités doivent rester vigilantes et prêtes à
intervenir si nécessaire, ajoute-t-il. D'ores et déjà la crise
du crédit a coulé la banque britannique Northern Rock et
obligé de grandes banques américaines comme Citigroup et
Merrill Lynch à ouvrir leur capital à des fonds des pays
émergents. Parallèlement la banque française Société générale
a subi une perte de 4,9 milliards d'euros qu'elle
impute aux positions frauduleuses d'un de ses traders.


Le FSF réfléchit à des mesures pour empêcher les prises de
risques excessives, à l'origine de la crise actuelle. Sont à
l'étude un durcissement des normes d'évaluation pour les agences
de notation, un renforcement des copnditions de solvabilité pour
les banques et l'amélioration des systèmes de gestion du risque.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.