Accéder au contenu principal

Le président timorais blessé lors d'une attaque armée

Le président du Timor oriental José Ramos-Horta a été grièvement blessé au cours d'une fusillade. Son Premier ministre a décrété l'état d'urgence.

Publicité

Le président et le Premier ministre du Timor oriental ont été la cible lundi de deux attaques coordonnées, le premier étant grièvement blessé par balle et le second réchappant à une embuscade.

La première attaque a visé la résidence privée du chef de l'Etat José Ramos-Horta, prix Nobel de la paix 1996.

Des rebelles armés ont donné au petit matin l'assaut à la maison du président, située dans la capitale Dili, provoquant une fusillade avec les gardes présents. M. Ramos-Horta, 58 ans, a été touché par balle à l'abdomen.

Le commandant rebelle Alfredo Reinado, un officier déchu ayant pris le maquis en 2006, a été tué dans les échanges de tirs ainsi qu'un de ses hommes, a indiqué le Premier ministre Xanana Gusmao.

Le président est-timorais a été opéré en urgence dans une clinique de la Force de stabilisation internationale (ISF). Il a été transféré dans l'après-midi par avion vers un hôpital de Darwin, grande ville australienne la plus proche du Timor oriental.

M. Ramos-Horta a été touché par deux ou trois balles, a indiqué à l'AFP Len Notaras, un responsable du Royal Darwin Hospital.

"Sa vie n'est pas en danger, mais ses blessures sont très graves", a-t-il déclaré. "J'ai bon espoir qu'il récupère totalement", a toutefois ajouté le Dr Notaras.

M. Ramos-Horta est "hors de danger" et "récupère" a de son côté affirmé le président du Parlement est-timorais, Fernando "La Sama" de Araujo, en visite officielle à Lisbonne.

M. Gusmao, proche de M. Ramos-Horta et grande figure de la lutte pour l'indépendance de l'ex-colonie portugaise, a lui aussi été lundi matin la cible d'un attentat, auquel il a échappé. Sa voiture, prise en embuscade, a été touchée par des tirs.

Le 4x4 de M. Gusmao a reçu plusieurs balles, selon des photos reçues par l'AFP. La lunette arrière du véhicule a volé en éclats et la voiture présentait à l'avant un impact important témoignant d'une collision.

Selon Abilio dos Santos, l'un des gardes du corps de M. Gusmao, sa maison sur les hauteurs de Dili a également été visée par les rebelles.

"La résidence du Premier ministre a aussi été attaquée ce matin, et nous avons échangé des tirs avec eux pendant longtemps", a-t-il relaté à l'AFP.

"Il s'est agi d'une attaque coordonnée", a déclaré le vice-Premier ministre José Luis Guterres.

"Même si l'Etat a été attaqué par un groupe armé et que le président a été blessé, l'Etat a le contrôle de la situation", a assuré peu après M. Gusmao.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est dit "choqué et consterné" par les attaques "inacceptables" de Dili, qu'il a catégoriquement condamnées.

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a condamné les attentats "dans les termes les plus forts". La France a fait part de sa "très vive émotion".

La sécurité a été renforcée dans le pays, notamment à Dili, a indiqué l'ONU. Les écoles et les bâtiments publics sont restés fermés. Lundi soir, le Premier ministre a annoncé l'état d'urgence pour une durée de 48 heures et un couvre-feu nocturne.

Les rues de Dili étaient désertes lundi soir, à part les gendarmes portugais en patrouille, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Le Premier ministre australien Kevin Rudd a promis "d'envoyer sur place plus de militaires et de policiers". La Nouvelle-Zélande a mobilisé des soldats pour une éventuelle mission de renfort.

Le Timor oriental est un jeune pays très pauvre, indépendant depuis 2002, aux confins du Sud-Est asiatique.

Depuis une vague de profonde déstabilisation en avril-juin 2006, des policiers et des soldats étrangers, en partie sous mandat de l'ONU, y assurent la sécurité.

M. Ramos-Horta, élu l'an passé président, incarne depuis plus de 30 ans le combat pour exister de la petite nation très majoritairement catholique.

M. Gusmao, un ex-guérillero charismatique, a gagné du respect en combattant l'arme à la main pour l'indépendance du Timor oriental, mais son crédit a pâti de la crise persistante depuis 2006.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.