Accéder au contenu principal
ENERGIE

Total enregistre d'importants bénéfices en 2007

3 min

Le groupe pétrolier Total a profité de la flambée des prix du pétrole pour réaliser un bénéfice net de 12,203 milliards d'euros en 2007, et s'est distingué en étant le seul groupe à augmenter sa production.

Publicité

Total est resté en 2007 le groupe français qui a enregistré le plus gros bénéfice, grâce à la flambée des prix du pétrole, se distinguant de ses concurrents par une hausse de sa production, seule manière à ses yeux de répondre à la demande, voire de modérer la hausse des prix.

Le groupe pétrolier a dégagé en 2007 un bénéfice net ajusté, chiffre de référence du secteur, de 12,203 milliards d'euros, en baisse de 3% par rapport au record de 2006 de 12,585 milliards.

Total a été pénalisé par la faiblesse du dollar, alors que le groupe français dépense en euros et vend son pétrole en dollars.

Ce bénéfice reste cependant le plus gros enregistré en 2007 par une entreprise française, et atteint un record en dollars, en hausse de 6% à 16,723 milliards de dollars.

Ce sont "les meilleurs résultats parmi les majors", s'est félicité le directeur général de Total, Christophe de Margerie.

Comme ses concurrents, Total a profité de la flambée des prix du baril de brut, qui ont frôlé à New York les 100 dollars fin novembre, avant de franchir ce seuil début janvier.

Le quatrième groupe pétrolier mondial (avec l'américain Chevron) s'est en revanche distingué des autres "majors" en augmentant sa production de 1,5% à 2,391 millions de barils par jour, alors que ses concurrents ont tous accusé une baisse en 2007.

La hausse se poursuivra de manière "significative" en 2008, même avec un baril à 80 dollars, grâce à des projets en Angola et au Moyen-Orient, ainsi qu'aux ventes de gaz naturel liquéfié, selon Total.

Augmenter la production est essentiel aux yeux du groupe pour répondre à une demande croissante en énergie, voire juguler la hausse des prix.

"Ce qui manque sur le marché, ce sont des capacités de production. Ce n'est pas un problème de réserves", a souligné le patron de Total, qui prévoit aussi d'augmenter de près de 19% ses investissements en 2008, à 19 milliards de dollars.

La CGT a demandé que Total, au lieu de "privilégier" l'exploration production, "investisse dans l'ensemble de ses raffineries françaises", pour préserver l'emploi.

"Les prix du pétrole resteront élevés" et "ce n'est pas avec les marges à la pompe qu'on va régler le problème" mais en parvenant à "plus d'énergie produite", a expliqué M. de Margerie, alors que les records du brut engendrent régulièrement une polémique en France sur les prix des carburants.

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir, qui accuse Total, premier distributeur de carburants en France, de ne pas suffisamment modérer ses prix à la pompe, a réclamé mercredi une "contribution citoyenne" des groupes pétroliers pour compenser "l'inflation continue" du prix des carburants.

M. de Margerie a assuré que Total avait "tenu ses engagements" à modérer la hausse des prix des carburants, comme il s'y était engagé en novembre lors d'une table ronde au ministère de l'Economie.

Alors que l'ONG des Amis de la Terre a qualifié de "très mauvaise nouvelle" une hausse de la production "à l'heure de l'urgence écologique et climatique", il a aussi promis de devenir un groupe "propre", grâce à une "montée en puissance progressive" de nouvelles ressources, comme le gaz, l'énergie solaire, ou le captage et le stockage du CO2.

Total n'exclut pas non plus de se lancer dans un autre projet nucléaire après le partenariat conclu avec les groupes français Suez et Areva pour proposer deux réacteurs EPR aux Emirats.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.