Accéder au contenu principal

Une semaine d'émeutes au Danemark

Depuis sept jours, le Danemark est en proie à des tensions après la publication des caricatures du prophète Mahomet. La commission des Affaires étrangères danoise a annulé une visite en Iran. (Récit C. Molle)

Publicité

La commission des affaires étrangères danoise a annulé une visite en Iran prévue cette semaine, après que Téhéran eut exigé des excuses à la suite d'une nouvelle publication dans des journaux danois d'une caricature du prophète Mahomet.

"Le parlement iranien a demandé que notre délégation présente une excuse officielle à l'Iran. Nous avons dit 'certainement pas". (...) Nous ne pouvons pas faire cela, ce serait une violation de la liberté d'expression", a dit à l'AFP le vice-président de cette commission, Jeppe Kofod.

Cette délégation de neuf membres devait se rendre en Iran de lundi à mercredi pour discuter des droits de l'Homme et du programme nucléaire iranien.

"Ils nous ont dit qu'ils ne nous recevraient pas si nous ne nous excusions pas. Ils savaient que nous ne le ferions pas. Ils savent que notre démocratie ne fonctionne pas ainsi", a dit M. Kofod.

Dix-sept journaux danois, dont les trois plus grands quotidiens nationaux, ont publié mercredi, au nom de la liberté d'expression, une caricature du prophète Mahomet réalisée par un auteur qui a été la cible d'un projet d'attentat déjoué mardi par la police.

Le dessin en question - la tête du prophète coiffée d'un turban en forme de bombe à la mèche allumée - est l'une des douze caricatures de Mahomet qui avaient été publiées en 2005 par le journal Jyllands-Posten, provoquant la colère dans le monde musulman.

Depuis cette nouvelle publication, des manifestations ont eu lieu au Pakistan, au Bangladesh, au Koweit. L'Organisation de la conférence islamique et le Hamas l'ont condamnée.

Les autorités iraniennes avaient convoqué mercredi l'ambassadeur du Danemark à Téhéran.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.