Accéder au contenu principal

Les César à Hollywood

Au lendemain des César, les regards se sont vite tournés vers Los Angeles où avait lieu la 80e cérémonie des Oscars. Le cinéma français en est sorti grandi, avec l'Oscar de la meilleure actrice décroché par Marion Cotillard.

PUBLICITÉ

"Vu le train des choses, avec le blé et les pièces détachées de voitures, les Oscars sont le plus gros export des Etats-Unis."

 

Cette phrase de l’acteur américain Billy Cristal, maître de plusieurs cérémonies des Academy Awards, serait-elle applicable aux César ?

 

A part peut-être la catégorie "meilleur film étranger", la cérémonie des César n’est quasiment pas suivie en dehors des frontières de l’Hexagone.

 

Les raisons sont évidentes : des récompenses comme les Oscars ou les Bafta (l’équivalent britannique) mettent en valeur des films américains et britanniques exportés dans le monde entier. La médiatisation de ces cérémonies, renforcée par la présence de stars hollywoodiennes, est une stratégie imparable pour attirer les sponsors.

 

Jusqu’à récemment, le cinéma français, qui a connu son apogée au temps de la guerre et de la New Wave dans les années 1960, luttait pour sa renommée aux Amériques. A une époque où les productions s’intéressent de plus en plus aux profits, l’industrie cinématographique française s’est retrouvée sous pression afin d’offrir des spectacles plus internationaux. Mais fusionner le cinéma d’auteur avec les valeurs importées des Etats-Unis n’est pas si simple. Cependant, le résultat est plutôt satisfaisant, du moins aux yeux des magnats de l’industrie.

 

Des films comme “Le fabuleux destin d’Amélie Poulain” (2001) et "La marche de l’empereur" (2005) ont passé le test ultime : ils ont su obtenir d’excellents résultats au box office, et des nominations aux Academy Awards, voire même une victoire pour le second. Les producteurs français étaient maintenant prêts à jouer dans la cour des grands.

Pour l’édition 2008 des Oscars, pas moins de trois films français ont été nommés dans des catégories importantes. Quatre nominations pour "Le scaphandre et le papillon", trois pour "La môme" et une pour "Persepolis". Et pour couronner le tout, Marion Cotillard, qui interprète Edith Piaf dans "La môme", a été récompensée aux Golden Globes en raflant celui de la meilleure actrice. Un signe encourageant pour sa nomination aux Oscars – le premier dans cette catégorie pour une actrice française.

 

 

César : Les Oscars français joueront-ils la sécurité ?

 

 

La reconnaissance croissante du cinéma populaire français fait de la cérémonie des César 2008 un événement qui transcende toute l’industrie de ce cinéma. Comme pour suivre la tendance internationale, "La môme", "Persepolis" et "Le scaphandre et le papillon" font partie des figures éminentes parmi les nominés. De plus, sauf coup de théâtre, Marion Cotillard devrait remporter le trophée de la meilleure actrice.

Il est cependant regrettable que l’attention médiatique internationale se résume à ces trois titres. Deux autres nominés d’envergure aux César sont "Un secret", avec 11 nominations, et "La graine et le mulet " d’Abdellatif Kechiche, avec 5 nominations. Ce dernier mérite une mention spéciale. Kechiche, qui avait déjà remporté le César du meilleur film en 2005 avec "L’esquive", revient avec un nouveau portrait de la communauté maghrébine en France. Le film est presque sûr de remporter le prix du "meilleur espoir féminin" pour la prestation de Hafsia Herzi, qui avait déjà ensorcelé le jury du festival de Venise l’année dernière.

 

Autre candidat notable, "L’avocat de la terreur", un documentaire encensé par la critique sur Me Jacques Vergès, l’avocat controversé qui a défendu des criminels de guerre nazis, et qui est apparu récemment dans le camp des défenseurs de l’ex-chef Khmer Khieu Samphan. Ce film est donné favori dans la catégorie "meilleur documentaire".

 

Enfin, dans la catégorie du "meilleur film étranger", "4 mois, 3 semaines et 2 jours", du réalisateur roumain Cristian Mungiu, qui a remporté cette année la Palme d’or du festival de Cannes, sera opposé à "La vie des autres", de l’Allemand Henckel-Donnersmarck et aux "Promesses de l’ombre" de David Cronenberg.



A quelques heures de l’ouverture de la cérémonie des César au Théâtre du Châtelet de Paris, la question est de savoir si le jury récompensera les films déjà nominés aux Oscars ou aux Golden Globes, ou s’il leur préfèrera des œuvres qui ont jusqu’ici échappé aux coups de projecteurs internationaux.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.