Accéder au contenu principal

Inauguration de l'Historial Charles de Gaulle

Le président Sarkozy a inauguré à Paris l'Historial Charles de Gaulle, un monument d'avant-garde aménagé sous les Invalides, qui retrace l'itinéraire du chef de la France libre et du fondateur de la Ve République.

Publicité


Le chef de l'Etat a dévoilé une plaque commémorative à l'entrée du monument, qu'il a ensuite visité avec de nombreuses personnalités, dont son prédécesseur Jacques Chirac, à l'origine du lancement de ce projet en 2002.


Imaginé par les architectes Alain Moatti et Henri Rivière, l'Historial Charles de Gaulle propose une plongée au coeur de l'épopée gaullienne grâce à une muséographie s'appuyant uniquement sur l'image et le son. Trente-sept ans après sa disparition, le général de Gaulle a ainsi désormais son lieu à Paris.


Pour s'adresser aux jeunes, la Fondation Charles de Gaulle et le musée de l'Armée, qui a assuré la maîtrise d'ouvrage, ont misé sur la modernité et le numérique. Conçu par les architectes Alain Moatti et Henri Rivière, l'Historial est enterré sous une cour de l'Hôtel des Invalides édifié à l'époque de Louis XIV.


"Ironie de l'histoire, nous sommes tombés sur un bunker nazi qu'il a fallu démolir à main d'homme pendant des mois pour ne pas fragiliser les bâtiments du XVIIe dépourvus de fondations", raconte M. Moatti.


De l'extérieur, l'Historial, qui s'étend sur 2.500 m2, est totalement invisible. A douze mètres de profondeur, les architectes ont construit un écrin en béton où se trouve une salle multi-écrans en forme de coupole inversée. Le visiteur y découvre un film de 25 minutes sur de Gaulle.


Autour de la salle de cinéma, un anneau déambulatoire symbolise "la marche du siècle" par des scénographies sophistiquées. Il est entrecoupé de trois "portes" qui présentent les actes fondateurs de l'itinéraire gaullien: l'appel du 18 juin 1940, la libération de Paris (août 1944) et la fondation de la Ve République (1958).


Le lieu, ouvert au public à partir de samedi, n'abrite en revanche aucun objet personnel du général de Gaulle car, ont rappelé les concepteurs, celui-ci "récusait le culte des reliques".
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.