Accéder au contenu principal

Raul Castro succède à Fidel

Sans surprise, Raul Castro succède à son frère Fidel à la tête du régime cubain. Il a immédiatement sollicité de l'Assemblée l'autorisation de "consulter" son frère sur les décisions importantes. Sophie Claudet est à Miami.

Publicité

L'installation de la vieille garde communiste aux côtés du nouveau président et le contrôle annoncé de Fidel Castro sur les rouages du pays laissent peu augurer de changements spectaculaires à Cuba, au lendemain de la désignation de Raul Castro à la tête de l'Etat.

Après 19 mois d'interim, Raul Castro, 76 ans, a succédé dimanche à son frère Fidel, 81 ans. Il a été élu sans surprise à la tête de l'Etat cubain par la nouvelle Assemblée pour un mandat de cinq ans, après un demi-siècle d'un régime monolithique.

Le nouveau président cubain a immédiatement placé son mandat sous l'autorité du "lider maximo", conférant à Fidel Castro un droit de regard, voire de veto, sur tous les rouages du pays.

Pour les affaires concernant la défense, la diplomatie et l'économie, les décisions majeures seront prises après "consultation" du vieux leader cubain, a-t-il prévenu dans son discours, avant d'en faire voter le principe à main levée par les députés.

Fidel Castro, qui avait annoncé mardi dernier qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en raison de sa santé défaillante, se trouve ainsi confirmé dans son rôle d'arbitre incontournable de l'évolution du régime.

"Fidel est ici, comme toujours, l'esprit bien clair et avec sa capacité d'analyse et de prévision plus qu'intacte, renforcée", a affirmé Raul qui, symboliquement, ne s'est pas assis à la tribune dans le fauteuil de son frère, resté vide.

Raul Castro, général et ministre de la Défense depuis la victoire révolutionnaire de 1959, assurait l'interim de Fidel depuis sa grave opération en juillet 2006 des suites d'une hémorragie intestinale.

Il a cédé dimanche son fauteuil de la Défense à son bras droit, le général Casas Regueiro, 72 ans, un "logisticien", membre du Bureau politique du Parti communiste, le parti unique.

Dans un pays avide de changements, s'agissant d'abord des conditions de vie, et d'assouplissements de la part d'une bureaucratie rigide, la promotion en numéro deux du pays de José Ramon Machado, vieille figure de l'orthodoxie marxiste cubaine, promet en outre plus de continuité que d'innovations.

Très impliqués dans l'économie, les généraux, qui figuraient déjà en nombre dans l'équipe précédente, sont sortis renforcés dans la nouvelle.

Au Bureau politique du Parti communiste, le cénacle très fermé de la direction cubaine, ils sont six sur 21 membres - Raul Castro compris - à veiller sur l'Etat cubain.

Figure dynamique et la plus en vue de la génération montante, le vice-président Carlos Lage, 56 ans, qui était le plus cité pour ce poste, reste l'un des cinq vice-présidents du Conseil d'Etat. Son rôle au prochain Conseil des ministres, dont il était le véritable "chef opérationnel", devrait être précisé prochainement.

Partisan des "petits pas", Raul Castro a promis l'an dernier des "changements structurels" face à l'imposante liste des problèmes légués par la gestion de son frère, source d'impatience croissante dans la population.

Dimanche, il a annoncé la prochaine levée de certaines "interdictions" pesant sur l'économie, sans préciser lesquelles, et une réévaluation "prudente" du peso.

"En décembre, j'ai parlé de l'excès d'interdictions et de règlements, et dans les prochaines semaines, nous commencerons à éliminer les plus simples", a-t-il déclaré, indiquant seulement que "beaucoup d'entre elles n'avaient comme unique objectif que d'éviter l'apparition de nouvelles inégalités".

L'ouverture, même minime, d'un petit secteur privé à Cuba, est souvent considérée comme un test important de la volonté réformatrice du nouveau président, dans un pays où toutes les échoppes et le commerce privé ont été fermés dès 1968.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.