Accéder au contenu principal
ISRAEL - GAZA

Israël menace Gaza d'une opération militaire

3 min

Le vice-ministre de la Défense Matan Vilnaï a menacé d'user de "tous les moyens nécessaires" pour faire cesser les tirs de roquettes provenant de Gaza. Précisions de Guillaume Auda, à Jérusalem.

Publicité

Israël a accentué vendredi les menaces d'une vaste opération terrestre dans la bande de Gaza, où ses raids ont tué 30 Palestiniens en 48 heures, mais hésite encore à la lancer.

Face à la poursuite des tirs de roquettes sur le territoire israélien à partir de la bande de Gaza, le vice-ministre de la Défense Matan Vilnaï a averti qu'Israël était prêt à user de "tous les moyens nécessaires" pour faire cesser les tirs de roquettes provenant du territoire palestinien.

"En intensifiant les tirs de roquettes et en allongeant leur portée, ils  (les Palestiniens) attirent sur eux une catastrophe encore pire car nous userons de tous les moyens pour nous défendre", a-t-il mis en garde dans une interview à la radio militaire.

"Les dirigeants du Hamas le savent, mais ce sont des irresponsables", a dit M. Vilnaï, estimant qu'Israël "n'aura pas d'autre choix" que de lancer une opération de grande envergure pour stopper les tirs de roquettes lancées par les groupes armés palestiniens dont le puissant mouvement Hamas.

"Une telle attaque sera coûteuse et difficile", a-t-il reconnu, rejetant sur le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis juin 2007, la responsabilité de l'escalade actuelle des violences.

Il a confirmé que des unités d'infanterie israéliennes appuyées par des blindés et des hélicoptères d'assaut opéraient en permanence "dans une zone de deux à quatre kilomètres de profondeur" dans la bande de Gaza, d'où Israël avait retiré son armée en 2005.

Selon la radio publique israélienne, le Premier ministre Ehud Olmert n'a pour l'heure pas décidé d'une telle opération. Interrogé, son porte-parole Mark Regev s'est refusé à tout commentaire.

Le président de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense du Parlement, Tzahi Hanegbi, a déclaré pour sa part que l'objectif d'une telle opération serait "de renverser le pouvoir du Hamas".

Ce dirigeant du parti Kadima de M. Olmert a estimé que pour écarter la menace des roquettes sur la ville d'Ashkelon, à dix kilomètres au nord de la bande de Gaza, il serait "nécessaire de réoccuper pour une période indéterminée des secteurs du nord de la bande de Gaza".

Déjà jeudi, le ministre de la Défense Ehud Barak avait brandi la menace d'une opération terrestre de grande envergure face à la multiplication des tirs de roquettes, dont l'explosion d'une mercredi à Sdérot, ville du sud d'Israël,  a coûté la vie à un Israélien.

"Il faut se préparer à une escalade sur le front sud. Une opération terrestre de grande envergure est d'actualité", avait averti M. Barak.

A l'opposé, le député israélien de gauche Yossi Beilin a reproché au gouvernement de n'avoir pas pris en considération deux propositions de trêve adressées selon lui ces deux dernières semaines par le Hamas.

"Au moins à deux reprises le Hamas a fait parvenir par des tierces parties des offres de trêve à Israël", a déclaré à la radio le chef du parti Meretz.

Sur le terrain, quatre Palestiniens, dont deux enfants de 5 et 6 ans, ont été blessés dans de nouveaux raids aériens israéliens dans la bande de Gaza, selon des sources médicales.

L'armée israélienne a confirmé sans plus de précision "trois attaques contre des zones de lancement de roquettes".

Une soixantaine de roquettes ont été tirées depuis mercredi contre le sud d'Israël, notamment à Sdérot, à moins de 5 km de la bande de Gaza. Ashkelon, sur le littoral méditerranéen, a été aussi touchée par plusieurs roquettes.

L'armée israélienne a mené une série de frappes meurtrières à Gaza en riposte à ces tirs, tuant depuis mercredi trente Palestiniens, dont six enfants, les autres victimes étant pour la plupart des membres de groupes armés.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.