Accéder au contenu principal
LIBAN - ETATS-UNIS

USS Cole : Paris soutient les Etats-Unis

2 min

Pour le Hezbollah, l'envoi du navire de guerre américain USS Cole au large du Liban constitue une menace pour la stabilité régionale. La France, en revanche, a affirmé partager les inquiétudes de Washington.

Publicité

La France a affirmé partager vendredi la préoccupation invoquée par Washington -"la stabilité régionale"- pour envoyer au large du Liban leur bâtiment de guerre USS Cole.

"Nous avons pris note de la décision américaine" dont Paris a été informé à l'avance "à titre bilatéral", a déclaré à la presse la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Pascale Andréani.

"Nous relevons que l'administration américaine a présenté cette décision comme une manifestation de soutien à la stabilité régionale, ce qui évidemment est pour nous très important. Nous sommes favorables à tout ce qui peut aider à la stabilité de la région", a-t-elle ajouté.

Mme Andréani a rappelé le "plein soutien" de la France aux efforts pour trouver une issue politique à la crise institutionnelle que traverse le Liban, sans président depuis plus de trois mois faute d'accord sur un nom au sein du Parlement libanais.

Paris, qui a pendant des mois pris la tête des efforts diplomatiques internationaux sans parvenir à dénouer la crise, a réaffirmé son appui aux efforts aujourd'hui déployés par la Ligue arabe.

Des responsables américains ont annoncé jeudi que les Etats-Unis avaient décidé de déployer le USS Cole au large du Liban en raison d'inquiétudes pour la situation dans ce pays et pour la "stabilité régionale".

La crise libanaise est notamment à l'origine de tensions entre les Etats-Unis et d'autres pays occidentaux, dont la France, avec la Syrie, accusée de chercher à maintenir son influence dans ce pays sur lequel elle a longtemps exercé une tutelle de fait.

Le Premier ministre libanais Fouad Siniora a convoqué vendredi l'ambassadeur des Etats-Unis à Beyrouth, pour lui demander des "clarifications" sur l'envoi du navire de guerre.

La France dispose de 1.600 hommes au sein de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul), qui en compte 13.000 au total. Le climat reste toujours tendu à la frontière israélo-libanaise, après le conflit entre l'armée israélienne et la milice chiite du Hezbollah de l'été 2006.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.