Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Karin Kneissl : "L'UE perd son temps avec les sanctions contre la Pologne et la Hongrie"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Réforme du droit d'auteur : et maintenant ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ariane, succès européen, défi américain"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget 2019 : Macron veut redonner du pouvoir d'achat aux Français

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Judo, la quiète de l'or"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

Une famille juive spoliée réclame "sa" Marlène Dietrich

Dernière modification : 05/03/2008

Un Américain, fils d'un collectionneur juif spolié par les nazis en 1937, a demandé à un musée berlinois de lui restituer La Venus Blonde, une précieuse affiche de Marlène Dietrich.

Un Américain, fils d'un collectionneur juif spolié par les nazis en 1937, demande à un musée berlinois de lui restituer une précieuse affiche de film de 1932, représentant une sculpturale Marlene Dietrich, a indiqué à l'AFP mardi son avocat.

Peter Sachs, 70 ans, qui vit en Floride, a porté plainte contre le Musée historique allemand pour demander la restitution de l'affiche de "La Vénus Blonde", de Josef von Sternberg, où la star allemande d'avant-guerre donnait la réplique à Cary Grant, a expliqué Me Matthias Druba.

L'affiche fait partie d'une prestigieuse collection d'environ 4.000 oeuvres d'art graphique, conservées depuis la guerre en RDA. Cette collection fait elle-même partie d'un ensemble de 12.000 affiches confisquées à l'époque du nazisme à Hans Sachs, le père de Peter.

Les avocats de Peter Sachs sont engagés depuis des années dans un bras de fer avec le musée pour tenter de récupérer cette collection, actuellement propriété de l'Etat allemand.

Mais ils ont décidé de concentrer pour l'heure leurs efforts juridiques sur la seule "Vénus Blonde" à cause du coût de la procédure, et en espérant qu'une victoire sur ce front pourrait ensuite être étendue au reste de la collection.

Hans Sachs, dentiste juif berlinois, s'étail exilé en 1938 aux Etats-Unis, où il est mort en 1974. Après-guerre, il avait longtemps cru sa collection disparue à jamais, et avait accepté, en 1961, un dédommagement de 225.000 marks de l'époque (l'équivalent de plus de 500.000 euros d'aujourd'hui), versé par l'Allemagne de l'Ouest, peu de temps avant d'apprendre que 3.500 affiches environ avaient refait surface dans l'Allemagne de l'Est communiste.

Le musée historique allemand, où la collection est stockée dans les réserves et n'a jamais été présentée au public, considère que la question de la propriété de la collection a été définitivement réglée par l'accord conclu dans les années 1960, et acceptée par M. Sachs père.

Mais le fils du collectionneur, qui souhaite que les oeuvres soient un jour visibles du grand public, fait valoir que son père avait accepté l'accord car il n'avait à l'époque aucun espoir de revoir la collection, alors "coincée" de l'autre côté du Rideau de fer.

La collection Sachs comporte, outre de nombreuses affiches de cinéma, des oeuvres de plusieurs grands noms de l'art de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, dont Käthe Kollwitz, Max Slevogt, ou encore Max Klinger, le "Rodin allemand" qui a également touché au graphisme et à la gravure.

Première publication : 05/03/2008