Accéder au contenu principal

Un an de prison requis contre deux Djiboutiens

La justice française a requis un an de prison avec sursis contre deux dignitaires djiboutiens, jugés en leur absence, pour "subornation de témoin" dans l'affaire Borrel.

Publicité

Un an de prison avec sursis a été requis vendredi au tribunal correctionnel de Versailles à l'encontre de deux hauts dignitaires djiboutiens jugés en leur absence pour "subornation de témoin" dans l'affaire Borrel.

"Ces deux hommes sont coupables du délit de subornation : ils l'ont fait pour détourner les soupçons de la République djiboutienne, pour les faire porter ailleurs", a estimé le procureur Jean-Michel Desset dans un réquisitoire de dix minutes.

Le procureur, Djama Souleiman, et le chef des services secrets de Djibouti, Hassad Saïd, sont accusés d'avoir fait pression sur deux témoins clefs du dossier pour annuler ou discréditer un témoignage mettant en cause l'actuel président de Djibouti, Ismaël Omar Guelleh, comme le possible commanditaire du meurtre du juge français Bernard Borrel, en 1995 à Djibouti.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.