Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le président turc, justicier ou opportuniste ?

En savoir plus

LE DÉBAT

"Davos du désert" à Riyad entre tensions et contrats

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Stéphane Troussel : "L'État est défaillant en Seine-Saint-Denis"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Joachim Son-Forget : "Je ne suis pas déçu par l'action du président"

En savoir plus

FOCUS

Suicide d'agriculteurs en France : l'épidémie silencieuse

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Romain Duris : "On ne me connaît pas en dehors de mes rôles, et tant mieux"

En savoir plus

L’invité du jour

Annick Girardin : le référendum en Nouvelle-Calédonie est "historique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Caravane des migrants : Trump "ne fait qu'empirer les choses"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Khashoggi : "Le prince et le meurtre"

En savoir plus

Le plus petit trou noir se situe dans notre galaxie

Dernière modification : 05/04/2008

Des scientifiques de la Nasa ont découvert le plus petit trou noir jamais détecté. D'une taille équivalente à une grande ville, il se situe dans notre galaxie et permet de mieux comprendre la genèse de ces phénomènes.

Les futurs voyageurs de l'espace ont du souci à se faire après la découverte par deux chercheurs de la Nasa du plus petit trou noir jamais détecté, qui pourrait les happer et transformer le plus vigoureux des astronautes en spaghetti.

Petit mais... costaud, avec une masse de seulement 3,8 fois la taille de notre Soleil et un diamètre d'un peu plus de 24 kilomètres, ce trou noir détecté dans la Voie lactée "repousse vraiment les limites", souligne l'auteur de cette découverte, Nikolai Shaposhnikov du centre spatial Goddard de la Nasa à Greenbelt (Maryland, est).

"Depuis de nombreuses années, les astronomes ont voulu savoir quelle pouvait être la plus petite taille d'un trou noir et ce petit +gars+ là nous fait franchir un grand pas pour répondre à cette question", ajoute-t-il.

Malgré la toute petite taille de ce trou noir, les futurs voyageurs spatiaux doivent se faire du souci, relève avec malice Nikolai Shaposhnikov. Les mini trous noirs exercent une force d'attraction beaucoup plus importante que les géants qui se trouvent au centre des galaxies. De ce fait, les petits objets sont bien plus dangereux que ceux très massifs.

"Si vous vous aventuriez trop près de ce trou noir, sa gravité transformerait votre corps en un spaghetti tout étiré !", plaisante l'astrophysicien, en soulignant l'importance "cruciale" du satellite de la Nasa RXTE pour effectuer ce type de mesure.

Ce petit trou noir, sorte de syphon dont le champ gravitationnel est si intense qu'il empêche toute forme de matière ou de rayonnement, a été détecté au sud de notre galaxie, dans la constellation d'Ara.

Le satellite à rayons X de la Nasa, RXTE (Rossi X-ray Timing Explorer), avait découvert en 2001 ce duo formé d'une étoile et d'un trou noir, baptisé XTE J1650-500, mais sans en déterminer la masse.

M. Shaposhnikov et son collègue Lev Titarchuk viennent de présenter leur découverte à une réunion de la Société américaine d'astronomie à Los Angeles.

Les trous noirs ne sont pas directement observables mais peuvent être détectés grâce à leur impact sur leur environnement. Les scientifiques ont ainsi observé la matière happée par le trou noir, chauffée à des températures considérables avant d'être engloutie, et qui émet notamment un torrent de rayons X.

En se basant sur la mesure de l'intensité des rayons X, les deux astronomes ont pu déterminer la masse du trou noir et ont calculé qu'elle atteignait 3,8 fois celle du Soleil, avec une marge d'incertitude de seulement une moitié de Soleil. Cette masse est bien inférieure au précédent record de petite taille pour un trou noir: 6,3 fois la masse du Soleil.

La détection d'un si petit trou noir, dont la masse se rapproche de la plus petite taille envisagée par les astronomes pour un tel objet, revêt une importance capitale pour la recherche fondamentale en physique.

Au-dessous d'un seuil critique encore inconnu, une étoile peut en mourant produire une étoile à neutrons plutôt qu'un trou noir. Les astrophysiciens estiment que la frontière entre la formation d'un trou noir et celle d'une étoile à neutrons réside quelque part entre 1,7 et 2,7 fois la masse du Soleil.

La définition de cette frontière serait fondamentale car elle permettrait aux scientifiques d'en savoir plus sur le comportement de la matière soumise à des conditions d'extraordinaire haute densité.

Première publication : 03/04/2008