Accéder au contenu principal
SOUDAN - MEDIAS

Un cameraman d'Al-Jazira libéré de Guantanamo

2 min

Sami al-Haj, un cameraman d'Al-Jazira, détenu et accusé sans preuve depuis 2002 dans la prison américaine de Guantanamo, est rentré au Soudan. Selon son avocat, il aurait perdu 18 kg, après avoir entamé une grève de la faim.

Publicité

Un cameraman soudanais d'Al-Jazira, Sami al-Haj, détenu depuis 2002 sur la base militaire américaine de Guantanamo et libéré jeudi, est arrivé tôt vendredi à Khartoum, a constaté un photographe de l'AFP.

Sami al-Haj a été accueilli à l'aéroport par sa famille, puis hospitalisé pour subir des examens médicaux après une grève de la faim entamée en janvier.

Capturé en décembre 2001 à la frontière afghane par l'armée pakistanaise, Sami Al-Haj était incarcéré depuis le 13 juin 2002 à Guantanamo, sur l'île de Cuba.

Al-Jazira, chaîne d'informations en continu basée à Doha, avait annoncé jeudi soir sa libération et son retour dans les "prochaines heures" à Khartoum.

Un porte-parole du Pentagone s'est refusé à tout commentaire.

Pour l'organisation de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières (RSF), qui s'est félicité de cette libération, "Sami al-Haj n'aurait jamais dû être détenu si longtemps. Les autorités américaines n'ont jamais prouvé son implication dans une activité criminelle".

"Son cas est un autre exemple de l'injustice qui règne à Guantanamo" et "la base devrait être fermée le plus vite possible", écrit RSF dans un communiqué.

Capturé en décembre 2001 à la frontière afghane par l'armée pakistanaise, Sami Al-Haj était incarcéré depuis le 13 juin 2002 à Guantanamo.

Début 2007, RSF, qui a condamné à plusieurs reprises cette détention, avait affirmé que, "forcé d'avouer des connexions supposées entre la chaîne qatarie (Al-Jazira) et Al-Qaïda", le cameraman avait été soumis à plus de 150 interrogatoires et régulièrement torturé". Ayant entamé une grève de la faim en janvier 2007, il avait ensuite été nourri de force à plusieurs reprises, a précisé RSF.

Selon son avocat, Clive Stafford-Smith, l'ex détenu a perdu 18 kg et souffre de problèmes intestinaux. Il est également sujet à des crises de paranoïa.

Le cas de Sami al-Haj, "accusé sans preuve d'avoir réalisé une interview d'Oussama ben Laden et de s'être livré à du trafic d'armes pour le compte de terroristes islamistes", est "exemplaire du sort réservé à beaucoup de ses co-détenus", avait estimé RSF.

Le camp de Guantanamo a été ouvert après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis pour accueillir des suspects arrêtés en Afghanistan et ailleurs dans le cadre de la "guerre contre le terrorisme" lancée par le gouvernement américain.

Quelque 800 terroristes présumés sont passés par ce camp et 275 y sont toujours incarcérés.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.