Accéder au contenu principal

L'Asean veut une coopération accrue sur les marchés du riz

L'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean), réunie à Bali, a décidé d'accroître sa coopération sur les marchés du riz, dans le but de freiner la hausse des prix. Mais aucune mesure concrète n'a été annoncée.

PUBLICITÉ

NUSA DUA, Indonésie, 3 mai (Reuters) - Les  pays d'Asie du Sud-Est réunis à Bali ont convenu samedi d'accroître leur coopération concernant le marché du riz mais ils n'ont pas annoncé de mesures concrètes pour enrayer la hausse spectaculaire des prix de cette denrée de base dans la plupart des pays de la région.


La sécurité alimentaire s'est imposée à l'ordre du jour de la réunion, ce week-end, de l'Association des nations du Sud-Est asiatique (Asean), qui rassemble dix pays.


"Les ministres ont affirmé que l'accès à un approvisionnement adéquat et stable en riz est fondamental à la bonne santé économique et sociale de la région", déclare l'Asean dans un communiqué.


Afin de parvenir à cet objectif, les ministres du Commerce réunis sur l'île indonésienne de Bali ont souligné la nécessité d'améliorer la productivité grâce aux transferts de technologie, à la recherche et développement, à l'augmentation des surfaces cultivées et à des investissements à la fois publics et privés.


Le ministre indonésien du Commerce, Mari Pangestu, a déclaré lors d'une conférence de presse que les pays membres de l'Asean n'avaient pas décidé de "mesures concrètes", mais étaient en revanche convenus "de communiquer et de coopérer fortement entre eux".


Les prix du riz asiatique ont pratiquement triplé cette année.


Réunie pour sa part à Madrid, la Banque asiatique de développement (Bad) a appelé samedi les gouvernements à travers le monde à prendre des mesures immédiates pour combattre la hausse des prix et promis une aide financière, dont elle n'a pas précisé le montant, pour aider les pays les plus pauvres de la région Asie-Pacifique.


"La crise alimentaire nécessite une réponse immédiate des gouvernements et de la communauté internationale", souligne la Bad, dans un rapport de 15 pages détaillant les mesures qu'elle a l'intention de prendre face à la hausse des prix mondiaux des produits alimentaires qui ont bondi de 43% entre mars 2007 et mars 2008.


"VIOLATION MASSIVE DES DROITS DE L'HOMME"
 

"La Bad envisage également un soutien financier pour les pays les plus touchés pour soulager les pressions fiscales et aider aux importations de céréales et de produits agricoles", peut-on lire dans le rapport.


Le président de la Bad a déclaré lors d'une conférence de presse à Madrid, où l'organisation tient sa réunion annuelle, que cette aide financière "pourrait être conséquente mais pas énorme", et dépendrait des demandes d'aides déposées à la Bad.


La Banque africaine de développement, dont le siège est à Tunis, a de son côté annoncé qu'elle allait augmenter d'un milliard de dollars son budget consacré à l'agriculture et elle a appelé les pays exportateurs de céréales à ne pas suspendre leurs exportations.


Plusieurs pays, dont l'Inde, le Viêtnam et l'Indonésie, ont restreint leurs exportations afin d'avoir l'assurance de pouvoir satisfaire leur demande intérieure et pour maîtriser l'inflation.


La Thaïlande, le plus grand exportateur mondial de riz, a toutefois réaffirmé samedi qu'elle n'avait pas l'intention de réduire ses exportations.


"En ce qui concerne la Thaïlande, premier exportateur mondial de riz, nous maintenons notre politique d'exportations sans restrictions", a déclaré à la presse le ministre du Commerce, Mingkwan Sangsuwan, en marge de la réunion de l'Asean.


Le nouveau rapporteur spécial de l'Onu pour la sécurité alimentaire, Olivier De Schutter, a demandé vendredi la tenue d'une réunion extraordinaire du Conseil des droits de l'homme de l'Onu pour évoquer la crise alimentaire mondiale, qui constitue selon lui "une violation massive des droits de l'homme".


De Schutter souhaite que la réunion se tienne le 22 ou 23 mai pour compléter les actions entreprises par d'autres ONG et pour faire de ce problème un vrai enjeu pour les droits de l'homme.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.