Accéder au contenu principal
COLOMBIE - CARTEL

Un parrain de la drogue arrêté en Colombie

4 min

Miguel Angel Mejia, surnommé "Le Fou", était à la tête du "cartel des jumeaux", l'une des plus grosses organisations de trafic de drogue en Colombie. Il devrait être extradé vers les Etats-Unis. (Récit : C. Molle)

Publicité

La police colombienne a arrêté vendredi Miguel Angel Mejia Munera, chef du cartel de la drogue Los Mellizos (les jumeaux), héritier des célèbres cartels de Cali et de Medellin, et les autorités ont annoncé qu'il serait extradé vers les Etats-Unis.

Mejia Munera, alias "El Loco" (le fou), qui figure sur la liste des 12 narcotrafiquants les plus recherchés par Washington, était devenu ces dernières années l'un des plus importants des "narcos" colombiens, envoyant des dizaines de tonnes de cocaïne aux Etats-Unis et en Europe.

Washington offrait cinq millions de dollars de récompense pour sa capture.

Il a été arrêté par des agents de la police judiciaire (Dijin) à un barrage routier près de la municipalité de Honda, à 140 kilomètres au sud-ouest de Bogota, dans le département de Tolima, a déclaré lors d'une conférence de presse le ministre de la Défense colombien Juan Manuel Santos.

Mejia Munera, un moustachu de 48 ans, était dissimulé dans un caisson, spécialement conçu pour ses déplacements, aménagé à l'intérieur d'un camion suivi par les véhicules de ses gardes du corps.

"Cette cache était pratiquement impossible à détecter et c'est ainsi que Munera est parvenu à plusieurs reprises à nous échapper", a précisé le ministre de la Défense.

"Il est prêt à être extradé (...). C'est le sort que lui réservent les autorités, être extradé", a déclaré M. Santos.

Mardi, des agents de la police judiciaire avaient abattu son frère jumeau Victor Manuel, lui aussi recherché par les Etats-Unis, lors d'une fusillade dans le nord-ouest du pays, et avaient saisi des documents appartenant au cartel.

Les deux frères, qui avaient organisé des "anneaux de sécurité" autour de leurs résidences, avaient déjà réussi à échapper sept fois au cours des six derniers mois à des opérations policières, indique un enquêteur de la Dijin.

De plus, selon la même source, "les Munera avaient des informateurs qui leur annonçaient à l'avance l'arrivée des hélicoptères de la police".

Les jumeaux ont commencé leurs activités en travaillant à bord de navires de commerce qui se rendaient en Europe et aux Etats-Unis.

Profitant du vide créé par les démantèlements des célèbres cartels de Cali (sud-ouest) et de Medellin (nord-ouest), ils ont peu à peu réorganisé les principales routes de la drogue et se sont très vite trouvés à la tête d'une armée d'un millier d'hommes.

Ils disposaient déjà à la fin des années 1990 de ressources très importantes. Le 24 août 2001, lors d'une perquisition dans deux de leurs appartements du nord de Bogota, la police avait découvert un magot de 35 millions de dollars caché dans les murs.

Afin d'échapper aux poursuites, Miguel Angel Mejia Munera s'était offert, moyennant finances, un groupe paramilitaire, le "Bloc des vainqueurs d'Arauca", pensant ainsi bénéficier des peines réduites accordées par le gouvernement aux chefs de milices d'extrême droite dans le cadre de la loi "justice et paix" sur les démobilisations. En 2004, il avait participé, aux côtés des chefs paramilitaires, aux négociations avec le gouvernement.

La police estime que les Mejia Munera sont à l'origine de centaines de crimes contre des paysans et des membres d'autre groupes de trafiquants.

Los Mellizos étaient considérés par les autorités comme les plus importants narcotrafiquants de Colombie après les arrestations en août 2007 au Brésil Juan Carlos Abadía "Chupeta" et en septembre 2007 en Colombie de Diego Montoya, alias "Don Diego".

L'autre chef "narco", Wilber Varela, alias "Jabon", avait été assassiné au Venezuela en février.

"Dès qu'un chef narco tombe en Colombie, il est immédiatement remplacé, c'est un cycle sans fin", estime un policier francais qui a travaillé pendant plusieurs années à la lutte contre les stupéfiants.

La Colombie est le premier producteur mondial de cocaïne avec quelque 700 tonnes par an, selon des chiffres d'organisations internationales.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.