Accéder au contenu principal

Les secours arrivent au compte-gouttes en Birmanie

L'arrivée des secours en faveur des sinistrés du cyclone Nargis s'est accélérée, mais reste insuffisante selon les organisations internationales, qui se heurtent à la résistance des autorités birmanes. (Correspondance : A. Boussat)

Publicité

Le rythme d'arrivée des secours en faveur des sinistrés du cyclone Nargis s'est un peu accéléré dimanche en Birmanie mais les volumes sont loin d'être suffisants et des équipes étrangères restent confrontées à des difficultés logistiques et administratives, a indiqué l'ONU.

"Il y a des petits pas, des pas positifs, et les choses bougent dans notre effort d'assistance", a déclaré à l'AFP un responsable des affaires humanitaires des Nations unies, alors que des avions internationaux atterrissaient en Birmanie.

Mais, signe des difficultés en vue pour les opérations humanitaires, un bateau transportant de l'aide de la Croix-Rouge a coulé après avoir heurté un tronc d'arbre dans le delta de l'Irrawaddy (sud-ouest), a déclaré l'organisation, qui ne déplore toutefois aucun blessé.

Le bilan officiel provisoire de la catastrophe s'est par ailleurs alourdi, s'établissant à 28.458 morts et 33.416 disparus. Des diplomates évoquent un bilan de plus de 100.000 tués.

Un avion cargo affrété par la Croix-Rouge est arrivé dimanche à Rangoun avec 35 tonnes de matériel de secours, a annoncé le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

L'arrivée de ces biens et leur transfert au CICR et à la Croix-Rouge de Birmanie ont été facilités par les autorités birmanes, a précisé l'organisation.

Par ailleurs, un avion des Nations unies transportant du matériel d'assainissement de l'eau a atterri à Rangoun dans la soirée, a annoncé un responsable de l'ONU.

L'appareil transporte 30 tonnes de matériel, notamment des jerricanes, une station mobile de purification d'eau, des bâches, des couvertures et des tentes. L'Airbus A300 a été affrété par l'ONU grâce aux contributions financières de la Norvège et de l'Irlande, a précisé la porte-parole d'OCHA, Elisabeth Byrs.

Un C-130 de l'armée de l'air grecque transportant des tentes, des denrées et des médicaments a lui aussi atterri dimanche et l'aide a déjà été livrée, selon le ministère grec des Affaires étrangères.

Par ailleurs, après plusieurs jours de frictions avec les autorités, les cargaisons du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies ont été débloquées et remises aux agences respectives en vue de distributions, a indiqué dimanche une source onusienne.

Au total, les cargaisons du PAM arrivées ou en train d'arriver représentent 160 tonnes de nourriture, a ajouté cette source.

"Il y a un début d'ouverture de la part des autorités" birmanes "qui nous permettent d'amener des secours à destination", a dit Stephan Goetghebuer, directeur des opérations de Médecins Sans Frontières.

Une autre organisation humanitaire française, Médecins du Monde, dont un avion était en route dimanche vers la Birmanie, a assuré avoir obtenu l'autorisation du régime militaire "de conserver son chargement et de gérer la distribution de son aide humanitaire".

Toutefois, l'ONU a indiqué que la situation était encore loin d'être idéale avec les autorités, en particulier sur les plans administratif et opérationnel.

"Il y a toujours de lourdes contraintes, notamment la question des visas qui reste en suspens", a déclaré à l'AFP un responsable de l'ONU.

Le ministère birman de la Protection sociale et les Nations unies sont toutefois tombés d'accord pour que des Birmans travaillant pour l'ONU soient déployés comme officiers de liaison dans des bâtiments gouvernementaux, au départ dans quatre villes et localités particulièrement affectées (Rangoun, Pathein, Labutta et Bogalay), a ajouté ce responsable.

Le cyclone Nargis a fait entre un million et demi et deux millions de sinistrés, mais un quart seulement des rescapés ont reçu de l'aide, avaient indiqué samedi les Nations unies.
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.