Accéder au contenu principal

Au moins 18 000 personnes ensevelies dans une ville chinoise

Selon l'agence de presse officielle chinoise, au moins 18 000 personnes sont enterrées sous les gravats à Mianyang, ville située près de l'épicentre du séisme qui a frappé la Chine lundi. (Récit : C.Molle)

Publicité

11 921 personnes sont mortes dans le séisme qui a touché le sud-ouest de la Chine, selon un nouveau bilan, encore très provisoire, des autorités. De plus, au moins 10 000 autres personnes sont encore ensevelies sous les gravats à Mianzhu, dans le Sichuan.
 

Le bilan devrait encore s’alourdir puisque l’agence officielle Chine nouvelle précise qu’aucun bilan n'a été fourni pour les trois localités les plus proches de l'épicentre, qui regroupent 24 000 habitants.

 
Ce mardi, les premiers secours sont arrivés dans la zone de l’épicentre, dans le district de Wenchuan, dans le Sichuan.

 
"Une équipe médicale de Chengdu", la capitale provinciale, "accompagnée de 1 300 militaires, est arrivée à Yingxiu, dans le district de Wenchuan", a affirmé l'agence Chine nouvelle.

 

L'immense majorité des victimes a été recensée au Sichuan, la province où a été localisé l'épicentre du séisme de magnitude 7,9 qui s'est produit lundi après-midi.

 

 
Des dégâts considérables

 
"Nous avons senti le sol se retirer sous nos pieds", explique Henry Morton, correspondant pour FRANCE 24 à Pékin. "Et pourtant, nous sommes à 1 500 kilomètres de l’épicentre ; ça vous donne une idée de l’amplitude de la secousse qui a été ressentie dans la province du Sichuan elle-même."
 

Dans la seule ville de Hanwang, située dans le Sichuan, "plusieurs milliers" de personnes seraient mortes ou ensevelies dans une usine qui s'est effondrée, selon l'agence Chine nouvelle.
 

Particulièrement touché, le Beichuan compte à lui seul plus de 7 000 morts selon l’agence officielle. Dans ce district du Sichuan, 80 % des immeubles se sont effondrés.
 

Par ailleurs, la secousse a détruit deux usines chimiques dans la ville de Shifang, toujours dans le Sichuan, provoquant la fuite de 80 tonnes d’ammoniaque.
 

Les provinces limitrophes de celle de l’épicentre, Gansu, au nord, et Yunnan, au sud-ouest, ainsi que Chongqing, à l’ouest, une région de 30 millions d'habitants, ont également été touchées.
 

Course contre la montre
 

Le Premier ministre, Wen Jiabao, s'est immédiatement rendu dans le Sichuan. Avant même de connaître l'ampleur des conséquences, il a qualifié à la télévision chinoise le séisme de "désastre"  et a appelé la population "au calme et au courage".
 

Cependant, les glissements de terrain, la destruction des routes et des lignes téléphoniques dans la province montagneuse du Sichuan ralentissent la progression des secours et la diffusion des nouvelles.
 

"La province est très difficile d’accès puisque l’aéroport de Chengdu, proche de l’épicentre, est toujours fermé ce soir et devrait le rester demain", précise le jour du séisme Sébastien Le Belzic, autre correspondant de FRANCE 24 à Pékin.
 

Le ministère chinois de la Protection de l'environnement a par ailleurs annoncé le lendemain de la catastrophe l'envoi d'experts dans les zones touchées par le séisme pour prévenir tout éventuel incident écologique, notamment dans les centrales nucléaires.
 

Au Tibet, de nombreuses garnisons mobilisables

 
Les autorités chinoises ont mobilisé 50 000 soldats accompagnés d’équipes médicales, pour venir en aide aux populations. Le Sichuan est proche du Tibet où sont présentes de nombreuses garnisons de l’armée chinoise facilement mobilisables.
 

De son côté, le président Hu Jintao a ordonné la mobilisation maximale des secours : l'armée a été envoyée pour "assister le gouvernement local du district de Wenchuan afin d'évaluer la situation et de l'aider dans les opérations de secours", a expliqué Tian Yixiang, un officier de l'Armée populaire de libération (APL), membre du Département des situations d'urgence.
 

La Chine est régulièrement frappée par des séismes. L'un des plus meurtriers, en 1976 à Tangshan (nord-est), avait fait officiellement plus de 240 000 morts. Des experts occidentaux avaient avancé le chiffre de 700 000 morts.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.