Accéder au contenu principal

Shalit ne sera pas libéré en échange d'une trêve à Gaza

Le Hamas a déclaré qu'il ne libérerait pas le soldat israélien Gilad Shalit détenu dans la bande de Gaza, dans l'éventualité d'un accord de trêve avec Israël. "La question des prisonniers est séparée de celle de la trêve", selon le Hamas.

Publicité

Le mouvement islamiste Hamas a exclu mardi de libérer le soldat israélien Gilad Shalit détenu dans la bande de Gaza, dans le cadre d'un éventuel accord de trêve comme l'exige Israël.

"Celui qui pense que la question de Shalit sera réglée sans contrepartie se trompe totalement (...) La question d'un échange de prisonniers est totalement séparée de celle de la trêve", a affirmé le plus influent des chefs du Hamas dans la bande de Gaza, Mahmoud Zahar.

Lundi, lors d'une visite en Israël du chef des services de renseignement égyptiens Omar Souleimane, le Premier ministre israélien Ehud Olmert a lié une éventuelle trêve à des progrès en vue de la libération du soldat israélien, capturé par un commando palestinien en 2006 à la lisière de Gaza.

L'émissaire égyptien tente de rallier les responsables israéliens à un projet de trêve dans la bande de Gaza négocié par l'entremise de l'Egypte et auquel les principaux groupes armés palestiniens, y compris le Hamas, avaient donné leur accord fin avril.

Mahmoud Zahar a répété les "exigences" des groupes palestiniens pour parvenir à une "accalmie": "l'arrêt des agressions et la fin de toutes les formes de siège contre le peuple palestinien".

"Si Israël n'accepte pas la trêve, nous nous défendrons et personne ne pourra écraser la résistance", a-t-il averti.

L'armée israélienne mène des attaques quasi-quotidiennes dans la bande de Gaza et impose un blocus à ce territoire, contrôlé par le Hamas depuis juin 2007, en représailles aux tirs de roquettes palestiniennes sur des localités du sud d'Israël.

Outre la fin des attaques israéliennes, le Hamas s'attend en contrepartie à un arrêt des tirs roquettes à la levée du blocus imposé par Israël et la réouverture des points de passage, notamment celui de Rafah à la frontière avec l'Egypte.

Israël exige de son côté des avancées sur la question de Gilad Shalit, la fin des attaques à la roquette ou au mortier des groupes armés palestiniens contre son territoire ainsi que l'arrêt de la contrebande d'armes entre la péninsule égyptienne du Sinaï et la bande de Gaza.
  

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.