Accéder au contenu principal

Le bénéfice du Crédit agricole divisé par trois

La banque du Crédit agricole a décidé de céder des actifs en plus de l'augmentation de capital d'un montant de 5,9 milliards d'euros, pour faire face aux conséquence de la crise du crédit qui a entraîné une chute de son bénéfice.

Publicité

La crise financière a divisé par trois le bénéfice du Crédit Agricole au premier trimestre après de nouvelles dépréciations, le conduisant à lancer une augmentation de capital ainsi qu'un programme de cession d'actifs et de réduction de ses activités à risque, selon un communiqué reçu jeudi.

La banque verte a annoncé également le gel de toute acquisition de "taille significative" jusqu'à nouvel ordre.

Comme annoncé mardi, le groupe va lancer "avant l'été" une augmentation de capital d'un montant de 5,9 milliards d'euros afin de renforcer son ratio de fonds propres et "assurer la croissance organique de ses métiers".

Le montant élevé de l'opération -- Société Générale avait levé 5,5 milliards -- , qui avait intrigué les analystes, vise aussi à combler les pertes de Calyon, sa filiale de banque de financement et d'investissement, qui "ampute les ressources propres destinées à faire face aux acquisitions engagées mais non encore clôturées (1,1 milliard d'euros)", explique la banque.

Calyon affiche une perte de 795 millions au premier trimestre, mais le groupe reste bénéficiaire, avec un bénéfice net de 892 millions d'euros.

Son produit net bancaire (PNB, l'équivalent du chiffre d'affaires) a reculé de 18%, à 4,11 milliards.

Crédit Agricole SA a bénéficié au premier trimestre d'une plus-value exceptionnelle de 882 millions d'euros sur la cession de sa participation dans Suez et d'une autre plus-value de 420 millions d'euros liée à la création de Newedge.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.