Accéder au contenu principal

En Birmanie, au coeur d'un village dévasté de l'Irrawaddy

Anaïs Boussat et Alice Beaumont, envoyées spéciales de France 24, enquêtent clandestinement en Birmanie, pays fermé à la presse. Elles ont réussi à se rendre dans le delta de l’Irrawaddy, région la plus touchée par le cyclone Nargis.

Publicité

Posez vos questions à nos envoyés spéciaux en Birmanie et dans la région.

</b></b>
« Les corps ont été emportés par les eaux plus loin, vers la mer », dit un villageois en parlant des victimes du cyclone.

 Nous sommes dans le delta de l’Irrawaddy, où la plupart des villages ne sont accessibles que par bateau. Dans cette région, le cyclone a été d’autant plus destructeur qu’il s’est accompagné d’une montée des eaux qui a tout englouti.

 Plus de 15 jours après, on voit encore des cadavres d’animaux flotter et des dizaines de milliers de personnes sont encore portées disparues.

Nos envoyées spéciales ont rencontré une femme âgée qui a perdu son mari, sa fille, son petit-fils et sa belle-fille dont les corps n’ont pas encore été retrouvés.

Tous les villageois sont inquiets pour l’avenir. Ils ont tout juste de quoi se nourrir pendant un mois. Pour le moment, ils survivent grâce à la solidarité entre villageois et à l’aide locale et internationale qui leur parvient.

La distribution est organisée par les moines du village. Le responsable du monastère explique qu’il a divisé la population en trois groupes, ceux qui ont perdu leur famille, ceux qui ont perdu leur récolte et leur bétail, et enfin les rares habitants qui n’ont pas été affectées par le cyclone.

Pour l’instant, ces villageois reçoivent une aide d’urgence, mais ils se demandent comment ils vont pouvoir retravailler dans leurs champs, sans bétail, sans machines et sans semence.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.